Les contributions

Contribution n°46 (Web)

Par Damien Le Roux
Déposée le 16 mai 2024 à 22h10
Renaturer et vegetaliser l'axe
Favoriser les mobilités douces
Limiter la hauteur des immeubles
Mettre en place une trame verte et [...]
Renaturer et vegetaliser l'axe
Favoriser les mobilités douces
Limiter la hauteur des immeubles
Mettre en place une trame verte et une trame noire la nuit
Envisager de faire passer les véhicules à moteur en souterrain et végétaliser l'axe en surface

Contribution n°45 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 15 mai 2024 à 18h21
Tout le long de la route de rennes entre le CIC et Hibiscus, il n'y a aucun réel espace vert public de détente, alors même que le [...]
Tout le long de la route de rennes entre le CIC et Hibiscus, il n'y a aucun réel espace vert public de détente, alors même que le nombre d'immeubles augmente toujours et le nombre d'habitants avec.
Peut-être faudrait-il préempter une future vente de maison dans la zone entre le CIC et Hibiscus pour déconstruire/débitumer et y faire un espace vert parc/jardin/potager/corridor de biodiversité ?

Contribution n°44 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 15 mai 2024 à 18h16
Les trottoirs, qui vont du 2 rue Alberto Giacometti jusqu’au bassin de rétention d’eau, sont très larges et ne donnent pas un environnement [...]
Les trottoirs, qui vont du 2 rue Alberto Giacometti jusqu’au bassin de rétention d’eau, sont très larges et ne donnent pas un environnement attrayant aussi bien pour les habitants que pour la faune locale, alors qu’étant donné leurs largeurs et longueurs ils ont un réel potentiel pour en faire des lieux de vie, de rencontre, de détente, utiles et nourriciers pour les habitants et la faune.
Nous pourrions envisager avec la ville et un collectif d’habitants de donner une vie et une utilité réelle à cet espace pour en faire une sorte de trame verte, place nourricière, corridor de biodiversité, lieu de détente, fête et rencontre des habitants.
En travaillant avec des associations comme Repousse (https://www.repousse.org/ ) ou Rehab (https://www.linkedin.com/company/rehab-r%C3%A9-habiter-la-terre/ ), des professionnels apportants leurs conseils comme La Magodière et La Microferme des Anges, en installant des solutions « Bocage Urbain Origine » de Vertuo pour que l’ensemble des arbres, arbustes et autres plantations soient autonomes en eau meme en periode de canicule et sécheresse de 30-90 jours (https://www.vertuo.city/bocage-urbain-origine.html ), ainsi que du mobilier urbain pour pouvoir s’asseoir, bouqiner, discuter, manger, jouer dehors.

Document joint


Contribution n°43 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 15 mai 2024 à 12h12
La rue Giacometti dervient depuis quelques années un « itinéraire bis » testé par les automobilistes pour éviter une partie des bouchons [...]
La rue Giacometti dervient depuis quelques années un « itinéraire bis » testé par les automobilistes pour éviter une partie des bouchons de la route de Rennes aux heures de pointe. Et par rebondissement occasionne des bouchons de 200m (même problème dan la rue de la Vallée). De même, depuis que le coussin berlinois a été supprimé les excès de vitesse (50, 70km/h, voir plus VS rue limitée à 30km/h) sont extrêmement fréquents à toute heure (jour comme nuit). Le fait que la rue soit en chaucidou ne change absolument pas la vitesse des voitures, la fréquentation aux heures de pointe et la nervosité des automobilistes.
Il faut trouver un moyen d'adoucir la circulation des rues Giacometti et de la Vallée (et certainement aussi les rues Picabia, de la Reynière, de la Mulonnière, de la Praudière ?) pour empêcher les excès de vitesse (trop nombreux) et couper l’envie des automobilistes de penser y trouver un raccourci aux bouchons de la route de Rennes. Peut-être en :
- réduisant physiquement (pas par une simple signalétique au sol) la surface des voies de circulation dédiées aux voitures ?
- Créant des chicanes empêchant deux voitures opposées de se croiser ?
- Passant certaines de ces rues en sens unique pour les voitures ?
- … ?

Contribution n°42 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 15 mai 2024 à 12h08
Trouver une solution, à l’approche des ronds points, pour « casser » la vitesse des véhicules qui roulent sur la route de Rennes. [...]
Trouver une solution, à l’approche des ronds points, pour « casser » la vitesse des véhicules qui roulent sur la route de Rennes.
Aujourd’hui, quand il n’y a pas de bouchon, la vitesse est non seulement souvent excessive mais bon nombre d’automobilistes roulants sur la route de Rennes s’estiment de facto prioritaires à l’approche des ronds points et ne décélèrent pas. Résultat les automobilistes et les vélos qui veulent s’engager sur la route de Rennes doivent soit être extrêmement patient, soit compté sur la politesse d’un potentiel automobiliste qui ralentirait, soit serrer les fesses en passant au forceps, voir aussi quasi à l’aveugle à certains endroits => ex : depuis la rue Picabia ou Reynière => si vous mixez à la fois excès de vitesse des véhicules sur la route de Rennes + bâtiments empêchant une vue lointaine des véhicules qui arrivent = quand vous vous engagez sur le rond point en pensant que c’est bon pour vous, un véhicule arrive soudainement sans ralentir ou en ralentissant à la dernière seconde face à vous

Contribution n°41 (Web)

Par HERBERT, Thibaut
Déposée le 13 mai 2024 à 14h40
Bonjour,

Pour l'aménagement sur la route de Rennes et son secteur plusieurs points me semblent à prioriser :
1- La place des piétons, [...]
Bonjour,

Pour l'aménagement sur la route de Rennes et son secteur plusieurs points me semblent à prioriser :
1- La place des piétons,
2 - Le bruit,
3 - La place de l'arbre

1- Certes, la Route de Rennes est un axe d'entrée et de sortie de ville et de la métropole, un secteur régulièrement en bouchon, mais justement il est urgent de repenser la place des piétons (et des cyclistes) sur ce grand axe. Lorsque ce n'est pas bouché, les voitures roulent très vite et les trottoirs sont directement à même la route (étroit notamment au niveau du pont du cens au niveau des commerces boulangerie banque boucheries et arrêt de bus), lorsqu'il pleut, elles peuvent aussi éclabousser les piétons. Il serait très appréciable de mettre des passages piétons à chaque feu, chaque détour pour un piéton c'est soit un risque de le voir traverser là il ne faut pas, soit de voir moins de piétons. Par exemple : permettre un passage piéton direct du parking de l'église vers la pharmacie et la boucherie, permettre un passage piéton au feu tricolore au niveau de la "vraie gravure" et le bar vietnamien. Elargir le trottoir entre l'auberge du cens et "Delalande Showroom". Toute cette intersection donne une mauvaise image à l'entrée de ville et à la vie de quartier. Créer une vraie piste cyclable avenue Félix Vincent (dans le sens vers la route de Rennes), les vélos ne peuvent pas passer en cas de bouchons et se reportent sur le trottoir, ce qui devient dangereux pour les riverains et piétons. Sécuriser le rond point au niveau de l'hôtel Albert pour ceux venant de l'avenue bout des landes (manque de visibilité). Pont du cens : sécuriser la voie de piste cyclable au feu tricolore pour permettre d'aller tout droit au feu rouge pour les vélos, les voitures se déportent sur la droite au niveau de l'ancienne boite de nuit.
2- Bruit ou pollution sonore, sur les objectifs de réduction à niveau européen, la France est en retard : https://www.banquedesterritoires.fr/la-commission-europeenne-exhorte-de-nouveau-la-france-se-conformer-la-reglementation-sur-le-bruit , la route de Rennes est très bruyante, cela nuit aux habitants de la rue et à proximité. Réduire le bruit c'est une mesure sociale, de nombreux logements modérés ou de foyers à faible revenus habitent à proximité. Ce sont les premières victimes du bruit (fatigue, stress, manque de concentration, accident vasculaire etc).
3- La place de l'arbre (indice de canopée à améliorer, l'OMS préconise 30%), la vallée du cens est un vrai avantage du quartier, aménager une vraie entrée du chemin agréable depuis la route de Rennes. Que vont devenir ces 3-4 maisons abandonnées dont les fenêtres contiennent des parpaings et sont squattées en face de l'auberge du cens ? Réaménager les parkings de l'arrêt de bus pont du cens et de celui du marché en face du Lidl et des commerces de proximité. Lutter contre les îlots de chaleur : Besoin de plus d'ombres et d'abris, de verdures, mettre des haies pour les animaux, voir la synthèse de l'AURAN sur la métropole sur l'arbre. Conserver les arbres de plus de 10m.

Autre point plus cyclable : définir une vraie route cyclable alternative à la Route de Rennes ce qui amène à sécuriser les petites routes adjacentes notamment dans des virages serrés (rue de la vallée par exemple) pour aller du Cardo au boulevard Schuman. Rue Chanoine Poupard étroite et dangereuse montée et descente.

Pour conclure, de très bonnes choses ont déjà été réalisées : dépôts de composte sur ce secteur, forte présence de pistes cyclables, réseau de bus vers le centre et vers le nord, présence de commerces, bonne densité de logements, présence du marché, l'aménagement routier au niveau des ronds points (Banque Crédit Mutuel, Crédit Agricole, Lidl, CIC).

La priorité est à mettre sur le bas du Pont du Cens.
Merci

Cordialement,

Contribution n°40 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 12 mai 2024 à 20h47
Créer des fosses en pieds de murs d’immeubles pour des plantes grimpantes et fleurs de pieds de murs, le long de la route de Rennes [...]
Créer des fosses en pieds de murs d’immeubles pour des plantes grimpantes et fleurs de pieds de murs, le long de la route de Rennes et rues qui y débouchent, à l'exemple du centre ville de Nantes (ex : rue Siméon Foucault, rue Saint-Léonard, … - https://metropolitiques.eu/Sous-le-pave-les-fleurs.html),
+ Donner la possibilités aux habitants de repenser les haies d’arbustes obsolètes (moches, sans intérêt de refuge, nourriture, pollen pour la faune => rue Picabia, rue Giacometti, …), avec délégation d'entretien (?),
Pour repenser ces espaces avec arbres, arbustes, plantes et fleurs, utiles pour la faune (pollinisateurs, nourriture, abris, ...) et les habitants (fruits gratuits, ilots de fraicheur, ...).

Contribution n°39 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 12 mai 2024 à 20h12
Débitumer ou dégravillonner les trottoirs où le nombre de passages piétons est faible (ex : rue Giacometti coté numéros impairs), [...]
Débitumer ou dégravillonner les trottoirs où le nombre de passages piétons est faible (ex : rue Giacometti coté numéros impairs), pour un couvert végétal de type :
- Chaussée Végétale (https://www.chaussee-vegetale.com/) ou,
- « gazon » de cimetière (composition adaptée au piétinement et différente d’un gazon classique),
Qui permettra d'améliorer :
- l'effet d'albédo,
- l'effet ilot de fraicheur,
- la perméabilité du sol,
- tout en évitant l'effet "gadoue" en période forte pluie par rapport aux solutions de végétalisation utilisant des dalles alvéolées en plastique.

Document joint


Contribution n°38 (Web)

Par Charier Jonathan
Déposée le 12 mai 2024 à 19h48
Optimiser la gestion des eaux de pluies, l'aspect ilot de fraicheur, et la végétalisation des parvis / places / parkings :
- Bout [...]
Optimiser la gestion des eaux de pluies, l'aspect ilot de fraicheur, et la végétalisation des parvis / places / parkings :
- Bout des Pavés,
- au début de la rue Alberto Giacometti, les 13 places entre le Crédit Mutuel et le conteneur à verre + les 8 places entre les n°6 et n°8 de la rue,
- la zone en pied d'escalier (entre 48 et 46 route de Rennes) débouchant sur la rue du Père Bretaudeau
- derrière l'arrêt de bus "Vallée" qui est du coté Domino's Pizza,
- au niveau de l'agence BNP Paribas,
- à l’angle de la rue Chanoine Poupard et route de Rennes,
En :
- s’inspirant de ce qui a été fait sur le parking à l’entrée de La Gagilly (D777) au niveau de la Maison Yves Rocher et du restaurant Le Végétarium, avec des arbres couvrants toutes les places de parking par leur canopée combinés à des plantes grimpantes qui se servent des arbres comme tuteurs, permettant une double floraison et une double fructification utiles pour la faune (pollinisateurs + nourriture + abris), les humains (comestible + voiture à l’ombre) et optimisation de l’effet îlot de fraîcheur,
- matérialisant les places de parking en pavés drainants avec joints végétalisés (ex : Vivaway -https://www.alegina.fr/vivaway- ou Pavévert -https://pavevert.com-),
- remplaçant les enrobés imperméables des espaces piétons de ces zones + voies véhicules par une solution chaussée Végétale (https://www.chaussee-vegetale.com ) ou chaussée drainante / enrobé perméable,
- installant des solutions Vertuo (https://www.vertuo.city/bocage-urbain-origine.html) pour récupérer/stocker les eaux de pluie et rendre autonome en eau la végétation en période de pleine sécheresse & canicule (jusqu'à 90 jours) et optimiser l'évapotranspiration des plantes et donc l'effet ilot de fraicheur (le coût d'entretien des végétaux est de plus réduit de 80% (ne reste que la taille + plantations nouvelles en fonction des saisons) et le taux de mortalité des plantations drastiquement réduit,
- rendant plus conviviale par du mobilier urbain Vertuo (https://www.vertuo.city/bocage-urbain-oxygene.html) ces places et en faisant du design actif (https://www.urbislemag.fr/saint-pol-sur-mer-efficace-et-pas-cher-le-design-actif-rapporte-gros-billet-666-urbis-le-mag.html) sur la place Bout des Pavés.

Contribution n°37 (Web)

Anonyme
Déposée le 12 mai 2024 à 18h06
Route de Rennes Corridor écologique CNNEC 25/04/2024 1 / 4
Contribution
Collectif Nantes Nord pour une écologie citoyenne (CNNEC) [...]
Route de Rennes Corridor écologique CNNEC 25/04/2024 1 / 4
Contribution
Collectif Nantes Nord pour une écologie citoyenne (CNNEC) Route de Rennes
Proposition de création d’un corridor écologique (corridor) entre les bassins versants Cens/Grevres
(Ruisseaux des Renards et/ou de la Botardière-Parc de l’Amande), par la mise en continuité des réserves foncières
entre OAP de la Haute Vallée (Orvault), OAP générale Route de Rennes, OAP particulière Bout des pavés et ZAC Nantes Nord (remise à ciel ouvert du ruisseau des Renards), et projets de réaménagement du parc de l’Amande et du ruisseau de la Botardière.
Le Collectif Nantes nord pour une écologie citoyenne (CNNEC) demande que soit examiné dans le cadre de la concertation préalable pour le réaménagement de la Route de Rennes (révision du plan guide et OAP), la proposition de corri- dor écologique déjà formulée dans le cadre de l’enquête pour la modification N°1 du PLUM consultable à Nantes Métropole, référence : ENQUETE PU- BLIQUE UNIQUE relative au projet de Modification N°1 du Plan Local d'Urba- nisme Métropolitain, réalisée du 20 mai au 20 juin 2022 - RAPPORT D’EN- QUETE 8.1.1 Annexe 1 : 557 contributions répertoriées rentrant dans le cadre de l’enquête publique - Contribution N° 989 ). Le Collectif demandait que soit prise en compte l’articulation entre les procédures administratives OAP et ZAC pour donner un sens aux projets sur le terrain au regard des principes généraux du PLUM en ces matières et leur réelle concrétisation sur le terrain en mention- nant expressément les zones nécessaires à leur réalisation.

Route de Rennes Corridor écologique CNNEC 25/04/2024 2 / 4 1 - Un projet cohérent avec la bifurcation écologique de Nantes Mé-
tropole, l’urgence climatique et la renaturation de la Route de Rennes
Sauvegarde de la biodiversité, cycle de l'eau, connexion d'espaces naturels de l'étoile verte, santé des habitants/canicule, l’urgence est aux solutions et aux innovations... La ville est devenue un lieu propice pour la biodiversité mise à mal dans les zones rurales par l’épandage de pesticides et d’herbicides et par les aménagements destructeurs. Il convient dès lors d’intégrer dans les projets d’aménagement urbains des dispositifs qui favorisent les circulations transversales mettant en valeur la dimension topographique du lieu. La Route de Rennes se situe sur la ligne de partage des eaux des bassins versants. C’est la possibilité d’un rappel de l’histoire et de la découverte par les habitants de la na- ture du sol sur lequel ils vivent. La mise à profit de l’étagement proposée par le relief est par ailleurs utile pour la variété des espèces et leur déplacement. Enfin la possibilité d’une végétalisation et d’une canopée quasi continues sur un important linéaire est le moyen d’offrir fraîcheur et apaisement dans un contexte d’îlots de chaleur (Route de Rennes).
2 - Une faisabilité facilitée par les opportunités des secteurs en muta- tion : OAP sur Orvault et sur Nantes, réaménagement des espaces sur la Zac Nantes nord.
La création d’un corridor écologique traversant la Route de Rennes pour la mise en ré- seau des deux bassins versants du Cens et du Gesvres est possible par la continuation de la mise à ciel ouvert du Ruisseau sur la Zac Nantes nord (projet de « restructurer et améliorer la stratégie des eaux pluviales par le remplacement des réseaux vieillissants, la remise à ciel ouvert des cours d’eau qui étaient canalisés, la recherche d’une alternative à la gestion « tout tuyau » (page 12 du dossier de création de ZAC - https://metropole.- nantes.fr/files/pdf/logement/1-Dossier%20de%20Création%20de%20ZAC.pdf ).
Les infrastructures en pierre de petits ponts permettant à la route de Rennes de s’affran- chir des débuts de ruisselets, sont toujours présents dans le sous-sol, comme l’a consta- té le paysagiste responsable du projet au sein de l’agence d’urbanisme germe&JAM chargée du redessiner des aménagements extérieurs, lors des études préalables et en s’aidant des anciennes cartes d’état-major. La remise à ciel ouvert du Ruisseau des Re- nards s’arrêtera à l’avenue du Bout des Landes (au droit de la rue de Vancouver - Nantes).
Une voirie de liaison est prévue dans l’OAP générale Route de Rennes, entre l’avenue du bout des Landes et la Route de Rennes, juste en face de la remise à ciel ouvert du ruis- seau, Rue Vancouver, sur des terrains aujourd’hui essentiellement occupés par des pa- villons en secteur de mutation (Immeuble en projet, phase de pré-vente) et une station service ( parcelles OX 466,488 et 429, zonage PLUM : UMA). Un tel espace réservé au passage d’un corridor écologique nous paraît préférable à une artificialisation nouvelle par la création d’une rue qui viendrait en double de la rue de l’Hermione (av. Bout des Landes/route de Rennes) qui lui serait alors contigüe !
La poursuite du corridor écologique peut s’envisager soit en poursuivant le ruisseau des Renard, soit vers le parc de l’Amande et le ruisseau de la Botardière qui rejoint le Gesvres. Cette option présente l’avantage de moindres contraintes urbaines. Elle est par

Route de Rennes Corridor écologique CNNEC 25/04/2024 3 / 4 ailleurs compatible avec les réaménagement envisagées du parc de L’amande et du ruis-
seau de la Botardière. De plus elle passe à proximité de l’école Georges Brassens.
En face du côté de la commune d’Orvault, le secteur en mutation UMC offre des pers- pectives pour rejoindre la vallée du Cens selon plusieurs scénarios possibles :

. via le secteur naturel/loisirs de la Mulonnière (section cadastrale 230, zonage UMD1),

. via les voiries de la Praudière/ Sagittaire Capricorne, sur-dimensionnées avec de larges bandes herbeuses latérales et ne desservant qu’une zone pavillonnaire. Ces rues ont fait l’objet d’un classement dans la voirie communautaire en 2022. Une partie de l’espace public pourrait être mis à profit pour la poursuite de ce corridor écologique puisque la rue de la Praudière aboutit à la Vallée du Cens via l’OAP Haute Vallée qui comporte une ré- serve foncière d’accès à la vallée du Cens, zonage 1AUMd1.
Ainsi ce corridor écologique permettrait un débouché pour la biodiversité et donnerait un sens à ces remises à ciel ouvert pour qu’elles ne soient pas seulement un décor urbain mais un vraie lieu de biodiversité correspondant aux principes énoncés dans les docu- ments métropolitains « Préservation de la biodiversité et des continuités biologiques », entre le Ruisseau des Renards dans sa partie Zone NI et la vallée du Cens Ns.
Ce sont ces raisons qui avaient conduit le CNNEC à demander le reclassement d’une partie du projet de voirie parcelles OX 466,488 et 429, zonage PLUM : UMA en zone NI de même que la réservation d’espace NI sur la zone UMC dans les parties en mutation de l’OAP générale route de Rennes autour de la rue de l’Ascension (Orvault : parcelles ca- dastrales 156,157 ou 129, 445, 131, 131 ou 185).
3 - Un projet qui présente un intérêt pédagogique pour les enfants orvaltais et nantais
En effet, le tracé de ce corridor écologique passe devant un multi-acceuil petite en- fance (Vanille Chocolat) et 3 écoles maternelles-primaires : Praudière-Orvault (en construction), George Sand, Paul Gaugin à Nantes. Il se situe également à proximité de 3 autres écoles publiques : Baut, Brassens, Chauvinière et d’une école privée, Notre Dame de Lourdes. L’option du tracé par le ruisseau de la Botardière passerait juste derrière l’école Georges Brassens.
4 - Un projet en phase avec l’augmentation de présence de nouveaux moustiques (alerte ARS)
Dans le cadre de l’enquête publique « Déclaration d’enquête d’utilité publique - zac Nantes nord » de nov 2023-janv 2024, l’Agence régionale de santé (ARS) avait produit une note d’alerte sur le projet de bassin d’eau/remise à ciel ouvert du ruisseau des Re- nards. En effet, le projet susceptible de présenter des eaux stagnantes pouvait constituer une opportunité pour le développement des moustiques, favorisé par le réchauffement

Route de Rennes Corridor écologique CNNEC 25/04/2024 4 / 4
climatique et notamment celui du moustique tigre (Dengue, Chikungunya, Zika, etc.) dont la présence est effective sur Nantes depuis 2021 et sur Orvault depuis 2022 (source ARS). Le mémoire en réponse à base de solutions techniques de la collectivité Nantes Métro- pole est insuffisante, notamment en cas de dysfonctionnements ou de perte d’efficacité dans le temps. L’option assurée par un contexte favorable à la circulation de batraciens, d’oiseaux et de chauve-souris, tous mangeurs de quantités de moustiques et de larves, nous paraît préférable à terme.
5 - Un projet capable d’offrir une histoire commune à des habitants répartis sur deux communes.
Outre la possibilité de rappeler une histoire (le franchissement de zones humides sur le tracé de la Route de Rennes, l’agriculture puis l’urbanisation progressive des bas- sins versants et des axes de circulation), ce corridor signalerait la continuité des circu- lations de l’eau, la présence jusques-là discrète mis bien réelle d’une faune impor- tante, et la nécessité de prendre soin du territoire : ce qui se passe au sommet des bassins versants descend jusqu’à la mer, plus lentement que par l’autoroute, mais tout aussi sûrement, qu’il s’agisse des pollutions les plus variées (trafic routier, pesti- cides, mégots...) ou des micro-plastiques de toutes tailles.
Ce corridor écologique pourrait donc devenir un «commun » entre des habitants qui par ailleurs ont peu l’occasion de faire histoire ensemble ( histoires politiques des communes, limites communales, pratiques scolaires, associatives et culturelles diffé- rentes, caractéristiques sociologiques divergentes, modes d’habitats aux caractéris- tiques « visibles » voire stigmatisantes pour certains, etc.).
Doublé d’une promenade piétonne, il serait une incitation à parcourir des espaces qui, de part les pratiques et les habitus, s’ignorent ou s’opposent. Un « commun » en phase avec les préoccupations d’une ville résiliante que souhaitent les habitants ainsi que les collectivités.

Apportez votre contribution : Déposer une contribution

Apportez votre contribution

Déposer un avis sur le registre dématérialisé de cette participation citoyenne est simple, sécurisé et si vous le souhaitez anonyme.

Il vous reste encore 3 jours.

Déposer une contribution