Les contributions

Contribution n°50 (Web)

Anonyme
Déposée le 14 août 2022 à 23h33
Plusieurs aspects de ce projets restent sans réponse.

1) A la suite du démontage de téléski du Châtel et de la mise en place du téléski de la vernette, il ne sera plus possible de mettre en place le stade de slalom du Châtel, coupé par le téléski de la Vernette.

Le téléski du Châtel et le stade de slalom sont un terrain d'entrainement exceptionnel pour les jeunes skieurs du ski club d'Albiez et ce sont des conditions qui leurs permettent de s'entraîner de façon exigeante.

Dans quel espace du domaine skiable le stade de slalom sera-t-il mis en place pour remplacer celui existant et avec le même profil et longueur ?

2) Pour assurer l'enneigement artificiel de la piste de ski de bosses du Châtel, et recevoir une coupe d'Europe il y a quelques années, une canalisation d'eau à été mise en place jusqu'à l'arrivée du téléski du Châtel. Sur l'une des photos du dossier d'étude d'impact cette tranchée toute fraiche est bien visible le long de l'arrête qui descend de l'arrivée du téléski du Châtel.

Je n'ai pas lu dans le dossier d'étude d'impact des informations à propos du retrait de cette canalisation qui dès lors que le téléski du Châtel sera démonté ne servira plus à l'enneigement de la piste de ski de bosses.

Quelles dispositions est-il possible de prendre afin que cette canalisation et les dispositifs, regards, tuyaux, ... en place soient retirés afin de remettre l'espace naturel le plus possible dans son état initial.

3.1) Dans le dossier d'étude d'impact et à la suite des travaux de terrassement il est proposé de stocker/répartir, pour une partie, les terres en déblais sur la plateforme actuelle du parking qui à été aménagé sans étude d'impact alors qu'il se situe en partie sur une zone humide, au Col du Mollard.

Sur ce même parking plusieurs camions sont venus déverser du "rabotage" de bitume de route. Ces gravats ont été étalés sur une épaisseur de 10 cm environ pour faciliter l'accès en période humide et réduire les poussières en période sèche.

A aucun moment dans le dossier d'étude d'impact il est fait allusion à ce gravât de bitume.

Quelles sont les dispositions à prendre afin de faire procéder au retrait de ce gravât de bitume avant tout dépôt des terres résultants des terrassements ?

3.2) Dans le dossier d'étude d'impact et à la suite des travaux de terrassement il est proposé de stocker/répartir, pour une autre partie, les terres en déblais sur la piste de l'impène et au niveau du lieu-dit "sur le Loup" dans l'espace qui n'est pas vraiment déterminé entre la piste du "loup" et la piste de "plan corbé".

Cet espace est une vaste zone humide, un pâturage, des prairies de fauche, qui commence au pied du mur de la piste du "loup" et qui se termine bien plus bas que la piste "la directicime".

L'étude d'impact ne parle à aucun moment de cette zone humide et mentionne simplement le stockage de remblais dans ce lieu.

Il est surprenant de constater l'absence totale d'information, d'étude d'impact sur cette zone humide, sur la flore et la faune présente, alors qu'il est fait un descriptif précis sur les lieux d'implantation des téléskis et de la piste la nouvelle alors même que cette dernière ne sera pas terrassée.

Les dépôt de remblais modifient de façon très importante une zone humide, destruction d'espèces faune et flore, tassement des sols, modification de l'écoulement des eaux, perte de la rétention d'eau lors de précipitations importantes l'été et lors de la fonte de la neige en hiver et au printemps, risque important de glissement de terrain par la surcharge de la zone humide qui à une certaine pente en certain endroit.

Quelles sont les dispositions à prendre afin qu'une étude d'impact soit effectuée sur la zone humide de la piste actuelle de l'impène, lieu de dépôt de remblais, et que cette étude soit intégrée à l'étude d'impact de réalisation des travaux cela avant tout dépôt de remblais ?

4) Implanter un téléski à une altitude aussi basse n'est-ce pas une erreur d'anticipation, sans évoquer la rentabilité à terme d'un tel investissement et la pérennité de son utilisation du fait de la traversée à pied de la D80 par les skieurs/piétons.

D'autres part, Nous avons suffisamment d'informations aujourd'hui, issues des études sur le changement climatique et que nous pouvons constater cet été 2022, chaleur importante et durable, sécheresse, fonte des glaciers, fermeture des glaciers pour le ski d'été, avalanche de glaciers, ... sans précédent et dans le prolongement de l'année 2021, pour agir en conséquence et anticiper sur le réchauffement climatique des années à venir et adapter nos activités et les équipements nécessaires à celles-ci.

N'est-ce pas un investissement inutile à bien des égards ?

Je réserve mon avis suite aux réponses qui seront apportées aux questions posées.

Contribution n°49 (Web)

Par Faure Océane
Déposée le 14 août 2022 à 20h24
Bonjour, je suis favorable a de nouvelles pistes et remontée mécanique de Vernette pour le bien de la station

Contribution n°48 (Web)

Par joly michel
Déposée le 14 août 2022 à 18h38
après avoir lu le dossier je suis favorable a la pose d'un teleski devant champfleri 2 et1

Contribution n°47 (Web)

Par Michaud Christophe
Déposée le 14 août 2022 à 16h56
Pour ma part la station, le village , ses commerces , son école , bref l’ensemble de sa vie économique ne peuvent survivre sans la liaison !
Une liaison hiver comme été va permettre une dynamique économique non négligeable.
Redéfinir les remontées autres que la liaison me semble intéressant mais indispensablement indissociable !

Contribution n°46 (Web)

Anonyme
Déposée le 14 août 2022 à 16h53
Venant à Albiez depuis près de 50 ans et maintenant permanent depuis 10 ans j'ai été surpris par l'empressement à faire disparaître toute trace du télésiège de la Vernette sans qu'aucune solution de remplacement n'ait été mise en place.
Au fil de ces dernières années on a perdu La Blanche, Les Teppes, le Coucou, ...
La remise en conformité du télésiège de la Vernette accessible à tout skieur, qui reliait les deux parties de la station, n'aurait-elle pas été moins coûteuse que ces études, enquêtes, terrassements et nouveaux équipements pour Albiez dont les finances ne sont pas au meilleur de leur forme?
A partir de quel âge ce téléski de la Vernette sera-t-il accessible?
D'autre part nous nous retrouvons comme aux années 1980 avec la traversée de la route D80. Cette traversée de la départementale, très fréquentée même en hiver, devient une zone accidentogène.
Combien de personnes déchausseront et attendront avant de traverser la route surtout si elle est enneigée ? on observe déjà ces comportements avec les skieurs arrivant du chemin du Châtel en provenance du Hameau des Aiguilles.
Cet hiver j'ai rencontré de nombreux skieurs mécontents de devoir déchausser pour rejoindre l'autre partie du domaine skiable.
Pour toutes ces raisons je suis très défavorable à ce projet dans sa forme actuelle.

Contribution n°45 (Web)

Par Roland Chabert
Déposée le 14 août 2022 à 14h40
Comment prévoyez vous la traversée de la route du col et la connexion des deux parties du domaine skiable ?
Quels aménagements vont ils subsister sur le Chatel ?

jCes projets semblent continuer à accompagner une diminution continue du domaine skiable d'Albiez ...

Contribution n°44 (Web)

Par RAUT Maxime
Déposée le 13 août 2022 à 19h59
Bonjour,
Personnel je ne vois que des avantages à la liaison de la station d'Albiez Montrond à celle des Karéllis.
Dans le cadre d'une restructuration financière globale, l'option téléski la Vernette me semble tout-à-fait cohérent, puisque Albiez Montrond mérite de se développer en mutualisant son domaine été comme hiver avec la station voisine Les Karrélis.

Contribution n°43 (Web)

Par Jacques Menegoz
Déposée le 13 août 2022 à 19h26
Je suis absolument contre ce projet, voici pourquoi.

Le Giec, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, prevoit un réchauffement global du climat à l'echelle de la planète à la fin du siècle de 1 à 3 degrés à partir d'aujourd'hui ou même plus dans les scenarios les pires, réchauffement bien supérieur en montagne par rapport au rechauffement global de la planète, avec une disparition rapidement progressive de la neige skiable en station. Malgré les canons à neige, dans les 20 ans à venir, pour les stations situées en dessous de 1800m. d'altitude la situation va être dramatique, ce qui est le cas pour Albiez.
Tout cela est dit dans l'étude d'impact. Je cite page 99 de l'étude d'impact:

"LES CONSEQUENCES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Le changement climatique se manifeste d’abord par une augmentation des températures qui, depuis 1950, est déjà de + 2°C dans les Alpes. La fonte des glaciers illustre ce phénomène déjà depuis plusieurs années.
L’augmentation des températures entraîne la remontée en altitude de la limite pluie- neige qui provoque une diminution de la quantité de neige et de la durée de l’enneigement. Cela a pour conséquences la montée en altitude des espèces et la diminution des activités hivernales en domaine skiable.
L’assèchement du sol est à prévoir en période estivale. En effet, la hausse des températures entraîne déjà l’augmentation de l’évapotranspiration des végétaux et de l’évaporation du sol.
Les extrêmes climatiques et la désaisonnalité sont observés. Ainsi, les périodes de chaleur estivales et printanières se multiplient entraînant davantage de canicules et sècheresses impactant fortement le manteau neigeux. La fonte du manteau neigeux a pour conséquence l’avancée de la date de floraison des espèces végétales avec toutefois un développement plus lent dû au manque d’eau."

Et page 100 de cette même étude d'impact:

"
LES PREVISIONS POUR LES DOMAINES SKIABLES
Les projections climatiques du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) indiquent une montée des températures jusqu’à 2050, puis un envol des températures si aucune action concrète de limitation des Gaz à Effet de Serre (GES) à l’origine du réchauffement climatique n’est mise en place d’ici là.
Il est prévu, dans les prochaines décennies, que les stations de sports d’hiver de haute altitude (supérieure à 1800 m) resteront à l’abri de déficits chroniques d’enneigement. A l’inverse, les stations de moyenne ou basse altitude verront leurs conditions d’enneigement nettement plus incertaines et devront à ce titre adopter une stratégie d’adaptation au réchauffement climatique qui pourra passer par une diversification de leurs activités ou encore une amélioration de leur logique d’urbanisation. Concernant l’exploitation hivernale d’un domaine skiable, le recours à la neige de culture restera une solution d’adaptation viable au réchauffement climatique tant qu’elle s’inscrira dans le respect des équilibres naturels (ressources en eau), économiques (rentabilité des investissements) et sociaux (impact sur le prix du produit ski)."

La sécheresse et la canicule de cet été 2022 nous rappelle que les ressources en eau, même en Savoie ne sont pas inépuisables et dans les prochaines années il faudra bien garder l'eau en priorité pour l'alimentation des maisons et pour l'agriculture, l'eau pour les canons à neige n'étant pas vitale même si les professionnels du ski vivent de la neige l'hiver.

Par ailleurs sur le plan de la biodiversité, il faut noter que cette piste "La nouvelle" et les 2 nouveaux teleskis se font sur des zones naturelles proches de ZNIEFF 2 et 1, et de zones humides. Le bruant jaune ce petit oiseau est menacé par le projet.

Or ces zones naturelles impactées par ce projet font parties des ENAF, espaces naturels, agricoles et forestiers qui sont protégés par la loi Climat Résilience, recemment votée avec les decrets d'application encore discutés. Même si cette loi sera appliquée seulement en 2023, il parait evident qu'il faut en tenir compte.

Ne nous y trompons pas: le roi est nu. Les scientifiques montrent avec certitude l'evolution catastrophique de notre planète, et donc chez nous aussi en France avec un impact terrible sur les glaciers et la neige qui disparaissent, sur les ressources en eau amenuisées, sur l'agriculture deficiente qui nous attend avec des feux de forêts de plus en plus frequents.

Construire encore et encore dans les stations de ski, remontées mecaniques, pistes, logements c'est contribuer à la degradation gravissime de notre environnement.
Les 250 stations de ski en France contribuent de façon importante à cette destruction de la nature. 2 petites remontées mécaniques et une petite piste à Albiez ce ne serait pas grand chose? Qui vole un oeuf vole un boeuf, et ici il ne s'agit pas d'un simple vol d'animal il s'agit d'une contribution manifeste à un acte de collaboration au crime d'ecocide qui est de plus en plus reconnu dans le monde.

Je suis absolument contre ce projet d'artificialisation des sols qui dégrade fortement la planète et menace l'existence même de l'humanité.

Jacques Menegoz

Contribution n°42 (Web)

Par Brigitte DELACROIX
Déposée le 13 août 2022 à 18h02
Cet équipement est indispensable pour l'avenir de la station.
Après le démontage de la Vernette l'avenir paraît un peu sombre !
Il faut absolument réaliser ce projet qui met en jeu l'avenir de notre station familiale , au risque de voir s'en aller, entre autres, les familles dès que les enfants grandissent....Le tourisme est le moteur économique de notre charmante station qui pâtirai beaucoup de ne pas faire évoluer son domaine skiable. C'est pourquoi il me semble indispensable également de réaliser au plus vite la liaison avec les Karellis!

Contribution n°41 (Web)

Par Durand Dominique
Déposée le 13 août 2022 à 15h21
Bonjour,
Fréquentant cette jolie station familiale depuis longtemps, j’ai été très contrarié de la baisse de régime majeure des dernières années. Les fermetures successives de remontées menacent la station et il est temps de désenclaver le centre-village par ce téléski, avant de réaliser enfin la jonction fondamentale avec les Karellis.
Merci.

Apportez votre contribution à cette enquête publique : Déposer une contribution

Apportez votre contribution

Déposer un avis sur le registre dématérialisé de cette enquête publique est simple, sécurisé et si vous le souhaitez anonyme.

Il vous reste encore 11 jours.

Déposer une contribution