Les observations

Observation n°7 (Web)

Par Clairanne Filaudeau
Déposée le 9 mai 2022 à 01h38
Merci de bien vouloir prendre en compte le document joint.
Vous en souhaitant bonne réception,
Cordialement.

Document joint


Observation n°6 (Web)

Par Michel THIBAULT
Déposée le 24 mars 2022 à 15h30
Madame, Monsieur,
Suite à l'élaboration du PLUi, par ce courrier je souhaite mettre en avant la vitesse excessive et l'augmentation constante du trafic routier rue Louis fruchard à Vairé, entrainant un danger au niveau des passages piétons due à la circulation des camions comme des voitures roulant trop vite. Sur cette rue et sa longue ligne droite, les véhicules se doublent et ne respectent pas les limitations de vitesse.
L’urbanisation galopante de Vairé et des villages aux alentours a entrainé une forte augmentation du trafic routier. C’est ainsi que le village de Vairé à la campagne subit les nuisances similaires à ceux d’une ville.
Nous souhaitons retrouver les bienfaits de la campagne et de la nature.
Plusieurs courriers, mails de riverains, pétitions (en date du 06.06.2015 et 12.10.2017) ont été transmis en Mairie depuis de nombreuses années, afin d’avertir des risques encourus lorsque les enfants vont prendre le car scolaire, ou quand les piétons traversent la route en face du Camping pour aller à l’étang des Grenières.
En espérant, que ce courrier soit pris en considération afin de mettre en place un système pour ralentir les véhicules. Cela pourrait être avec des chicanes sur l’ensemble de la rue ou au moins à proximité des passages piétons.
Je me tiens à votre disposition pour toutes informations complémentaires.
Veuillez croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes salutations respectueuses.
Mr THIBAULT Michel

Observation n°5 (Web)

Par Didier TARRAL
Déposée le 28 février 2022 à 18h45
Je me suis rendu à la Mairie centrale des SABLES D'OLONNE, le mercredi 23 février 2022, pour déposer mon avis sur le Diagnostic relatif à notre futur PLUi au regard de l'exposition itinérante en cours dans nos communes.
Le document mis à notre disposition à cet effet ne concernait pas le PLUi mais étonnamment le SCoT mis en révision depuis 2015 mais toujours pas achevée.
Aussi, au vu de la non conformité de la procédure, je reviens, à travers la présente voie, pour émettre mon avis sur ce qui nous a été donnée de prendre connaissance au sujet du Diagnostic du PLUi à travers cette exposition itinérante.

PLAN LOCAL D’URBANISME intercommunal
de la
COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION DES SABLES D’OLONNE

---o---

AVIS SUR LE DIAGNOSTIC EXPOSE SYNTHETIQUEMENT EN MAIRIE DES SABLES D'OLONNE



Dans la situation actuelle, force est de constater que ça construit partout en ville.
Ainsi, une part grandissante de la population sablaise se plaint de l’urbanisation en cours notamment à travers l’augmentation grandissante des nuisances urbaines qui en découlent, dont témoignent la circulation et le stationnement toujours plus difficiles en ville.

Il convient également de reconnaître que l’objet d’un PLUi vise principalement à mettre en œuvre techniquement, sur le territoire considéré, le projet d’avenir déterminé préalablement pour la Cité dans un SCoT , dont la démographie représente le vecteur emblématique du type de développement souhaité, en l’occurrence quantitatif ou qualitatif.

1 - Dans ce contexte, il convient cependant de remarquer en premier lieu que les annonces faites à travers le présent Diagnostic du PLUi, sous couvert d’un « greenwashing » convenu, sont contradictoires avec les objectifs annoncés par la Communauté d’Agglomération et nos municipalités dans le PADD du SCoT.

En effet, quoi qu’il nous en coûte, l’objectif majeur lié à la révision du SCoT, vise à augmenter la population sablaise de 10 000 habitants à l’horizon 2040, outre l’objectif de faire de notre ville nouvelle « la Grande Station Balnéaire de la Côte Atlantique ».

C’est dire d’après le diagnostic du SCoT établi sur la période 2008 et 2016, à l’instar de la politique pratiquée sur Olonne, que les flux annuels migratoires constatés de 240 nouveaux habitants doubleront pour atteindre le ratio de 480 nouveaux habitants, avec pour conséquence de faire passer le taux de seniors de 40 % à plus de 50 % en 2040.
Sur le plan du logement les objectifs ne devraient pas non plus être tenus, au vu :
- D’une part, de la politique immobilière confiée principalement, par la Municipalité, à la Promotion Immobilière Privée, dont l’intérêt vise prioritairement à vendre au plus vite et au plus offrant, typiquement au retraité parisien, en n’hésitant pas, autant que de besoin, de faire monter le prix du foncier à 1 000 €/m² ; qui plus est, les opérations ainsi réalisées le sont sous des formes de mixité sociale et/ou urbaines pitoyables, a contrario de la vision consistant à établir des écoquartiers.
- D’autre part, du ratio annuel sur la période considérée de production de 1,04 logements par arrivant, étant entendu que la Municipalité a autorisé respectivement la construction de 813 et 754 nouveaux logements en 2019 et 2020, au vu du ratio annuel de 300/350 annoncé à terme, y compris les résidences secondaires.
Ainsi, sous couvert d’un Plan Forêt qui ne sera jamais vraiment réalisé comme en attestent les premières mesures prises en la matière, mais conçu comme un droit à urbaniser sans réserve, certaines des antiennes figurant par exemple sur le panneau - Population, habitat et cadre de vie – apparaissent comme des contre-vérités à l’instar de :
- « La maitrise de la croissance démographique »
- « Le maintien d’une population équilibrée »
- « La gestion de la pression foncière »
- « La recherche d’un parc de logements équilibré »
- « La préservation du patrimoine historique bâti et paysager », dont la future opération immobilière dans le bourg d’Olonne représente un cas d’école

2 – En second lieu, il convient de considérer que la procédure d’ores et déjà entreprise en ce qui concerne le PLUi contribue à noyer la concertation réduite au maximum liée au SCoT, dans celle plus largement engagée pour l’élaboration du futur PLUi, en vue, sans aucun doute, de détourner l’attention des citoyens des enjeux primordiaux dont il devrait être véritablement question à l’occasion de la révision du SCoT.
En effet, les procédures liées à l’élaboration du futur PLUi ont paradoxalement été lancées avant que le projet de notre Cité soit finalisé dans le DOO de notre SCoT, dont le contenu doit nécessairement être repris dans le futur Diagnostic du PLUi.
Ce faisant, les phases finales de concertations liées à cette dernière pourraient conduire à remettre en cause certains des objectifs d’ores et déjà retenus par la Municipalité, qui, par ailleurs et par-delà, n’ont pas encore fait l’objet de concertation au vu des annonces faites par Monsieur PECHEUL lors des réunions des 6 juillet et 15 septembre 2021.
Pour exemple, l’objectif, à l’horizon 2040, d’augmenter substantiellement la population de 31 % depuis 2008, en entrainant son vieillissement de 27,5 %, ne sont pas conformes avec les enjeux visant, nécessairement dans le temps long, à répondre à la situation générale due notamment au dérèglement climatique et à la montée du niveau des mers, mais pas seulement, qui ne semble pas, dans la perspective du temps long, véritablement encore avoir été pris en compte par nos instances.
En outre, un éventuel recours juridique, au vu des enjeux considérés et de la façon dont a été menée la révision du SCoT, pourrait également conduire, à reprendre, comme indiqué ci-avant sur des bases plus conformes, les conclusions attendues par la Municipalité à travers le diagnostic partiel qui a été manifestement établi à cette fin en la matière.

3 – En troisième lieu et enfin, il convient de rappeler que la profession de foi électorale de 2020 de notre Municipalité indiquait respectivement que :
- « Les consultations populaires sont utiles et efficaces »
- Nous serions invités à nous « prononcer tous les deux ans sur les affaires municipales »
- Nous serons « consultés en 2022 et 2024 sur les grands projets de la ville »
Ainsi la Municipalité nous a invité à travers un Grand Evènement Récréatif, à une votation considérant que « C’est une façon d’administrer cette ville que de consulter la population quand on le peut, quand c’est important » (LSVJ – 03/02/2022).
L’avenir de notre Cité constitue assurément un sujet de préoccupation, à tout le moins, aussi important que le recueil de quelques affects relatifs à la présence ou non d’une statue sur le domaine public, au regard d’une décision judiciaire qui s’imposera malgré tout à la Municipalité.
Lors de la réunion du 7 octobre 2021 Monsieur PECHEUL a évoqué la possibilité de l’organisation d’un referendum à propos des enjeux majeurs liés à l’avenir de la Cité.
Dans la mesure où notre Municipalité souscrirait à quelque raison, elle devrait ainsi nécessairement s’appliquer à faire partager aux contribuables que nous sommes, et ce de la façon la plus transparente qui soit, les objectifs liés à la révision du SCoT en cours au vu des enjeux véritablement en présence, à travers un débat le plus large possible, dont une procédure référendaire ponctuerait par essence le terme.
L’élaboration du PLUi pourrait alors être entreprise en conformité avec sa fonction.


D-M TARRAL
Ancien Architecte en chef et urbaniste de la ville des Sables d’Olonne
Le 28 février 2022.

Observation n°4 (Web)

Par Isabelle Dupire Willette
Déposée le 28 février 2022 à 13h58
En complément des pièces adressées à plui.concertation@lsoagglo.fr le 3 décembre 2021:

LA DENSIFICATION URBAINE AUX SABLES D'OLONNE :
APPEL À LA MODÉRATION, À LA MESURE

L'élaboration du PLUi 2023 en cours est l'occasion de réparer à tout le moins une maladresse : ce, en prescrivant la limitation des droits à construire à R+1, sur 20 mètres de profondeur, sur Sud-avenue F. Mitterrand, à l'identique du Centre-avenue F. Mitterrand.
Les 300 mètres linéaires de Sud-avenue Mitterrand visés par l'OAP ne représentent que 10% des 3 000 mètres linéaires de Centre avenue F. Mitterrand (2 x 1,5 km).

En quoi l'OAP-Sud F. Mitterrand votée le 30/09/2021 par LSO Agglo mérite-t-elle d'être réexaminée ?

Son caractère nécessaire n'est pas démontré.
L'OAP- Sud F. Mitterrand organise une opération de surdensification urbaine à la marge.
En effet, le remplacement de 23 maisons individuelles (avec jardin, occupées en résidence principale à 90%, et sans vétusté) par environ 50 logements collectifs (« 39 log./ha min. ») sur 2 étages (R+1+attique), avec des commerces en rez-de-chaussée ne présente pas d'intérêt général significatif, au regard  :
- des permis « densificateurs » déjà accordés depuis 2018, dans le quartier élargi à 40 ha, soit 846 logements nouveaux et 1 000 à 1 500 habitants supplémentaires aux Moinardes, dans les rues des Capucines, Eric Tabarly, des Ajoncs et sur l'avenue F. Mitterrand (cf. plan et liste).
- de la densité des commerces du secteur (centre commercial YLIUM, LIDL, PICARD, NATURALIA, JOUE club, DARTY, MAISONS DU MONDE, etc.).

Son caractère adapté n'est pas démontré.
Le seul motif invoqué quant au choix du périmètre Mitterrand-Pavots-Cyclamens-Ajoncs pour lui appliquer ce renouvellement urbain « densificateur » est d'améliorer la vue en perspective de l'avenue F. Mitterrand.
En effet, la hauteur des maisons visées (rez-de-chaussée) serait en « dissonance » avec celle du centre commercial situé sur le trottoir d'en face, lui-même tout récemment agrandi et rehaussé...
Au vu du contexte et de l'impact, le motif esthétique paraît bien léger...
Par ailleurs, les permis « densificateurs » récemment accordés dans le quartier l'ont été sur des « dents creuses » ou sur des parcelles bâties de superficie supérieure à 1000 m2.
L'OAP-Sud avenue F. Mitterrand constitue une première dans le genre aux Sables-d'Olonne, en cela qu'elle affecte des parcelles bâties de superficie inférieure à 500 m2 sur 1,5 ha.

Son caractère proportionné n'est pas démontré.
Les 1 000 à 1 500 habitants supplémentaires attendus aux Moinardes, dans les rues des Capucines, Eric Tabarly, des Ajoncs et sur l'avenue F. Mitterrand (sur seulement 40 ha de superficie) représentent 10 à 15% des nouveaux habitants prévus par le SCoT pour les 20 ans à venir (+ 10 000 habitants à l'horizon 2040). La contribution de notre quartier, très importante à l'échelle de la démographie et de la superficie de l'agglomération, suffit ainsi à satisfaire l'article 55 de la loi SRU (logements sociaux) pour la durée du PLUi 2023.
Accueillir de nouveaux arrivants, sans nuire aux actuels...

L'OAP-Sud avenue F. Mitterrand, UNE OAP* QUI PASSE MAL

Aux Sables, c'est tout un quartier de maisons individuelles avec jardin – de résidences principales - qui ne veut pas subir son remplacement par des immeubles.
C'est pourquoi il a organisé en novembre 2021, sur suggestion municipale, sa propre "votation".
Le résultat est "sans appel".
17 foyers sur les 22 directement impactés par l'OAP sont contre.
Et 87% du quartier (cf. pétition de 206 signatures) les soutiennent.

Si cette OAP, votée le 30 septembre 2021 par le conseil communautaire, reste en l'état dans le PLUi** 2023, alors forcément, ces 17 foyers et leurs riverains auraient à subir des pertes d'intimité, des pertes de vue, des pertes d'ensoleillement, etc. et devraient s'en défendre ou partir, comme souvent en pareil cas.

Que de troubles à la tranquillité, à la qualité de vie pour les années à venir!

Plus profondément, l'OAP-Sud avenue F. Mitterrand, en un coup de crayon, sacrifie non seulement le patrimoine matériel du quartier (les maisons et leurs jardins) mais aussi son patrimoine immatériel : tout un un pan de la mémoire d'Olonne, façonnée au fil des décennies par des familles qui y sont nées, qui y ont grandi et qui ne demandent qu'à la transmettre...

* OAP : Orientation d'Aménagement et de Programmation
**PLUi : Plan Local d'Urbanisme intercommunal


Isabelle Dupire Willette
2 ter rue des Pavots
85340 Les Sables d'Olonne

Document joint


Observation n°3 (Web)

Par Pascale LECONTE
Déposée le 24 janvier 2022 à 19h11
Je note avec regret que l'exposition du diagnostic ( donc de l'état des lieux) du territoire couvert par le PLUi à l'étude, se déplace dans les 3 anciennes communes urbaines et oublie apparemment les quelques 10 000 habitants de l'Ile d'Olonne, Vairé, St Mathurin et Ste Foy qui devront se déplacer sur ces 3 courtes périodes de 15 jours pour prendre connaissance du travail d'analyse, d'état initial et des enjeux dont découlera un PADD pour les 10/15 ans à venir...
Le sujet n'est sans doute pas aussi important que cela!
Le diagnostic pourrait-il être mis en ligne ?

Observation n°2 (Web)

Par Pascale LECONTE
Déposée le 24 janvier 2022 à 19h02
Pour le compte de l'APNO, Association de Protection de la Nature du Pays des Olonnes, forte de 50 ans d'existence, je dépose, en qualité de secrétaire, la première contribution de l'Association déjà transmise à l'adresse de concertation en vigueur en 2021, afin qu'elle soit partagée avec tous les habitants du territoire concerné par le PLUI.

Document joint


Observation n°1 (Web)

Anonyme
Déposée le 24 décembre 2021 à 07h11
La Bauduère (rue du Pont) devrait être interdite aux camping cars. Au moindre rayon de soleil, c'est l'invasion. Un passage non stop qui est extrêmement désagréable, la route complètement défoncée, les incivilités (chiens divagant autour de ces camping cars car leur maîtres laissent la porte ouverte, crottes non ramassées, papier toilette...). Ce lieu si paisible à la base devient pénible à vivre et moche avec ces gens qui squattent avec leur véhicule, tables, chaises... devant le marais.
Un panneau d'interdiction des camping cars nous changerait la vie.

Apportez votre contribution : Déposer une observation

Apportez votre contribution

Déposer un avis sur le registre dématérialisé de cette concertation publique est simple, sécurisé et si vous le souhaitez anonyme.

Il vous reste encore 311 jours.

Déposer une observation

Partagez sur les réseaux sociaux

l'adresse de ce registre numérique.