Les observations

Observation n°4 (Web)

Par Brigitte LAIGO
Déposée le 11 novembre 2021 à 10h05
L'accès à la prison prévu par la rue du Rohic ne fera qu'aggraver les problèmes de circulation déjà existants sur cette rue ( densité,bruit,etc..) Aussi pour ne pas aggraver la quiétude des riverains et leur sécurité déplacer cet accès de 1 km a 2 km plus loin sur l'axe vannes rennes serait judicieux.

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Concernant le trafic routier, il faut noter que le projet de réaménagement de l'échangeur du Liziec-Tréalvé devrait contribuer à fluidifier la circulation sur le secteur. Des études ainsi qu’une phase de concertation publique ont été menées par la DREAL Bretagne pour retenir le scenario d’aménagement le plus optimal afin d’améliorer la circulation dans le secteur. Les travaux du scenario retenus devraient débuter à l'horizon 2026.
Vous trouverez les informations relatives à ce projet sur le page internet de la DREAL :
http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/rn165-echangeur-du-liziec-a3361.html
En parallèle, l’étude de trafic menée dans le cadre du projet de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire sur le site de Chapeau Rouge prendra en compte les effets cumulés des autres projets connus.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°3 (Web)

Anonyme
Déposée le 9 novembre 2021 à 21h15
Bonjour,


BIOGEO56 réfléchit et analyse l'actualité liée à l'Environnement dans le Pays de Vannes et le Morbihan.

L'article ci-joint paru dans le journal Ouest-France rend compte du projet d'une nouvelle prison à Vannes, zone artisanale du Chapeau Rouge.

BIOGEO56 n'aborde que les sujets liés à l'écologie et ne discutera pas de la politique carcérale et pénitentiaire en France.

BIOGEO56 interpelle l'Agence Publique pour l'Immobilier de la Justice et les Elus, sur les aspects environnementaux du projet.

MAIS pourquoi avez vous choisi Vannes?

La ville de Vannes, comme son agglomération, bénéficie déjà d'une croissance démographique dynamique, d'un marché de l'immobilier tendu et de difficultés de circulation.

1-Ce projet n'est pas un acte d'aménagement du territoire.
Des villes comme Baud, Locminé ou Ploërmel seraient plus appropriées pour dynamiser l'arrière pays du Morbihan au détriment du littoral. Rappelez-vous vos cours de géographie: "concentration de la population française dans la frange littorale".
Ce projet en est malheureusement un exemple.
L’apport d’une nouvelle activité dans l’arrière pays morbihannais dynamisera ces communes.

2-Ce projet n’est pas du tout écologique:
L'implantation de la future prison sur 16 ha de prairie au lieu-dit Le Chapeau Rouge va détruire 16 ha de biodiversité. On pourrait à la place y installer des maraîchers BIO pour approvisionner les étals sur Vannes et de ses alentours.

Partez donc à la recherche de friches industrielles le long de la RN 24 entre Lorient et Ploërmel.
Le site du gouvernement vous en donne la liste:

http://www.georisques.gouv.fr/Files/P56.pdf

Cela aura le mérite de construire la nouvelle prison sans consommer de terres agricoles.
C'est plus difficile mais les générations futures vous remercieront d'avoir sauver 16 ha de biodiversité.


4-Ce projet ne contribue pas à réduire le chômage local:
Votre projet va augmenter le nombre d'emplois sur l'agglomération qui ne seront que très minoritairement pourvus par les demandeurs d'emplois vivant sur Vannes à moins de le leur réserver. Cependant les règles républicaines liées concours ne l'autorisent pas.

5-Ce projet nuira à l'urbanisme local:
La prison va amener son cortège de véhicules, salariés se rendant au travail, dans un point de l’agglomération dit du Liziec déjà bien encombré.
L’arrivée de salariés avec leurs familles va augmenter les tensions sur le marché de l’immobilier au détriment des habitants.

En conclusion, ce projet n’a rien à faire à Vannes et sur son agglomération.
ALLEZ construire la prison dans l'arrière pays morbihannais.

BIOGEO56 vous invite à contacter les communes autour de Baud, Locminé, Ploërmel
qui seront certainement ravies de vous trouver 15 ha de fiches industrielles à réhabiliter
pour accueillir la nouvelle prison du Sud Morbihan.

Pour préserver la biodiversité,
Pour limiter la pollution automobile,
Pour préserver le pouvoir d’achat et le cadre des vie des habitants de l’agglomération de Vannes.
Trouver une parcelle à réhabiliter et un terroir à dynamiser.

BIOGEO56
Réfléchissons ensemble à notre avenir.

Document joints

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Concernant le choix du site d’implantation, plusieurs options ont été étudiées dans le cadre des études préliminaires et des discussions entre l’État et les collectivités locales. Le choix d'un site obéit à de nombreuses contraintes conditionnant la faisabilité du projet.

Ainsi, le site de Chapeau Rouge est celui qui offre le meilleur compromis au regard de plusieurs critères.
En raison de ses activités particulières et des enjeux de sûreté, de nombreuses contraintes administratives et techniques encadrent le choix d’un site d’implantation d’un établissement pénitentiaire : taille et forme du terrain, aspects topographiques et visuels, accessibilité et desserte, proximité des services publics du territoire, etc.
De plus, l’État fait désormais le choix d’implanter les établissements pénitentiaires en zone urbaine pour faciliter les mobilités des personnels, des familles, des personnes détenues en semi-liberté et optimiser la réinsertion sociale et professionnelles de ces derniers. Ceci explique pourquoi les établissements pénitentiaires ne peuvent être implantés en zones trop reculées.

Concernant les incidences du projet sur l’environnement, au regard des données disponibles, l'étude de faisabilité réalisée a montré que le site ne présente pas d'enjeu environnemental majeur. Des études sur l’environnement sont en cours par un bureau d’étude indépendant, dont les résultats seront précisés par l’étude d’impact qui sera rendue publique courant 2023, dans le cadre d’une enquête publique.
Par ailleurs, conformément à la règlementation, l'APIJ déclinera le principe ERC « éviter-réduire-­compenser » pour répondre aux enjeux environnementaux du site:
1. la priorité est d'éviter les impacts
2. en cas d’impossibilité, on s’efforce de les réduire
3. et si cela n'est pas possible, des mesures de compensations sont mises en place.
Enfin, il faut noter que les 16 ha du site d'études ne seront pas intégralement artificialisés.

Concernant les retombées socioéconomiques pour le territoire, ce projet aura bien un impact sur l'économie locale. La phase de chantier bénéficiera au tissu économique et à l’emploi local, avec un recours à des heures d’insertion (environ 60 000 h). Pour la phase d’exploitation, l'impact sur la création d'emploi sera de 3 natures :
1. la création d’emplois directs (au sein de l’établissement) : personnels pénitentiaires et intervenants sur le site
2. la création d’emplois indirects : forces de sécurité intérieures, personnels de santé, pôle emploi / associations, services judiciaires…
3. la création d’emplois induits à travers la consommation dans les commerces/services locaux.
Le flux de commandes liées au fonctionnement de l’établissement est estimé à environ 3,5 M€ HT/an.

Concernant le trafic routier, il faut noter que le projet de réaménagement de l'échangeur du Liziec-Tréalvé devrait contribuer à fluidifier la circulation sur le secteur. Des études ainsi qu’une phase de concertation publique ont été menées par la DREAL Bretagne pour retenir le scénario d’aménagement le plus optimal afin d’améliorer la circulation dans le secteur. Les travaux du scénario retenus devraient débuter à l'horizon 2026.
Vous trouverez les informations relatives à ce projet sur le page internet de la DREAL :
http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/rn165-echangeur-du-liziec-a3361.html
En parallèle, l’étude de trafic menée dans le cadre du projet de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire sur le site de Chapeau Rouge prendra en compte les effets cumulés des autres projets connus.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°2 (Web)

Par Brigitte LAIGO
Déposée le 9 novembre 2021 à 17h10
Un chemin communal longe en son début 3 habitations de chaque côté puis dessert successivement sur sa gauche le terrain communal, future propriété de la prison , puis des propriétés agricoles sur sa droite et débouche sur un cul de sac derrière une ferme du village de Kernaval.
Citoyens riverains, nous demandons que toute mesure sécuritaire soit mise en place concernant l'accès de ce chemin qui longera cette prison afin de conserver et d'assurer notre quiétude et notre protection.
Brigitte Laigo

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

La sécurité à l’intérieur comme aux abords des établissements pénitentiaires constitue un enjeu déterminant de l’exploitation quotidienne d’un établissement pénitentiaire et un point de vigilance majeur, tant pour l’administration pénitentiaire que pour les forces de sécurité intérieure.
La sécurité du domaine pénitentiaire, ainsi que de ses abords immédiats, est assurée conjointement par les forces de sécurité intérieure et les personnels pénitentiaires de l’établissement (les équipes locales de sécurité pénitentiaire) ; un protocole d’intervention est élaboré entre les forces de police ou de gendarmerie territorialement compétentes et l’établissement, visant à définir leurs conditions d’intervention respectives, en vue d’une action rapide et efficace contre les personnes susceptibles de commettre une infraction à proximité de l’établissement.

Concernant le chemin communal que vous évoquez, à ce stade des études, son fonctionnement n'a pas été arrêté. Nous notons cette remarque et échangerons à ce sujet avec la Ville de Vannes.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°1 (Web)

Par Brigitte LAIGO
Déposée le 9 novembre 2021 à 16h50
Une des limites de propriété située au sud du terrain de la future prison est mitoyenne avec un chemin communal non entretenu par la commune . ce chemin longe en son début 3 habitations , puis dessert des propriétés rurales pour terminer en cul de sac dans une propriété cloturée derrière le village de Kernaval . Afin d'empêcher qu'il devienne à l'avenir un lieu de squat idéal pour les dealers et les visiteurs des futurs détenus, et afin d' assurer la sécurité et la quiétude des citoyens des villages qui vivent près de la prison , je demande que ce chemin fasse l'objet de toute solution permettant d'y répondre soit en le privatisant en en laissant l'accès pour les propriétaires riverains soit en le condamnant ....
Brigitte Laigo

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

La sécurité à l’intérieur comme aux abords des établissements pénitentiaires constitue un enjeu déterminant de l’exploitation quotidienne d’un établissement pénitentiaire et un point de vigilance majeur, tant pour l’administration pénitentiaire que pour les forces de sécurité intérieure.
La sécurité du domaine pénitentiaire, ainsi que de ses abords immédiats, est assurée conjointement par les forces de sécurité intérieure et les personnels pénitentiaires de l’établissement (les équipes locales de sécurité pénitentiaire) ; un protocole d’intervention est élaboré entre les forces de police ou de gendarmerie territorialement compétentes et l’établissement, visant à définir leurs conditions d’intervention respectives, en vue d’une action rapide et efficace contre les personnes susceptibles de commettre une infraction à proximité de l’établissement.

Concernant le chemin communal que vous évoquez, à ce stade des études, son fonctionnement n'a pas été arrêté. Nous notons cette remarque et échangerons à ce sujet avec la Ville de Vannes.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Apportez votre contribution : Déposer une observation

Partagez sur les réseaux sociaux

l'adresse de ce registre numérique.