Les observations

Observation n°14 (Web)

Par Elisabeth Guery
Déposée le 7 décembre 2021 à 18h33
J ai assisté à la réunion au Palais des arts le 6 décembre
Il n est pas question de discuter le bien fondé des 15000 places de prison.
Par contre l inquiétude des riverains ne semble pas partagée par les instances .
Quand on parle de la circulation qui déjà est très difficile à certaines heures on se demande comment il est envisageable de faire l entrée principale du centre pénitentiaire à l angle de la rue du chapeau rouge et du Rohic
Ne serait-il il pas envisageable de prolonger la rue du Rohic en parallèle de la Rn 66 afin de faire une voie dédiée au centre pénitentiaire ?
J ai vraiment eu l impression hier que nos remarques n avaient pas une écoute empathique et que nous étions là pour nous défouler verbalement sans que cela ait un impact sur la suite des événements
J ai eu l imprévu que nous étions pris pour des benêts qu il fallait laisser parler pour les calmer
Vos réponses à nos questions sur ce site sont stéréotypées ,impersonnelles .
Nous n avons aucune visibilité sur ce qui va se passer et sans doute serons nous mis devant le fait accompli
Cordialement

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Vous nous avez déjà interrogé sur ces éléments le 24 novembre dernier et y avons répondu le 6 décembre.

Concernant la circulation, comme nous l'avons précisé lors de la réunion publique du 6 décembre dernier, la position de l’entrée de l’établissement n’est pas définitivement arrêtée. L'état actuel du réseau routier dans ce secteur oriente a priori vers une entrée sur le site depuis le croisement de la rue du Rohic et la rue du chapeau rouge mais tous les scénarios envisageables, y compris celui que vous soumettez, seront considérés par l'APIJ en lien avec les services de la DREAL qui portent le projet de modification de l'échangeur routier du Liziec.

La réunion publqiue du 6 décembre était l'occasion pour nous de présenter au plus grand nombre les éléments connus du projet et de recueillir les avis, remarques et contributions des vannetaises et vannetais.

Le projet tiendra compte de ces remontées, les intègrera au mieux et y apportera des réponses dans le dossier d'enquête publique (enquête publique prévue en 2023).

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à contribuer jusqu'au 17 décembre sur le site de la concertation www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°13 (Web)

Anonyme
Déposée le 7 décembre 2021 à 11h03
Une construction d'une prison à proximite (550m) de la chapelle du Rohic inscrite au patrimoine des monuments historiques français et protegee ne pose t il pas problème?...alors que tous les permis de construire des maisons dans un périmètre de 500 autour ont fait l'objet du visa d'un architecte des bâtiments de France.

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

A priori, les constructions de l’établissement seront toutes en dehors du périmètre des 500m de protection de la Chapelle du Rohic. Toutefois, l’insertion architecturale du projet fera l’objet d’une attention importante afin de préserver un équilibre avec les constructions existantes à proximité.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à contribuer jusqu'au 17 décembre sur le site de la concertation www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°12 (Web)

Par Philippe Dusart
Déposée le 5 décembre 2021 à 19h38
Des questions importantes pour nous :
- quid de la circulation au niveau de la rue du Rohic ? Actuellement il est difficile de sortir de chez soi et de circuler aux heures de pointe . L.entrée de la prison est envisagée rue du Rohic alors qu’actuellement la circulation est déjà difficile . L.été c’est une rue conseillée par Waze pour éviter les bouchons de la qu’âtre voies Nantes vannes .
Quid de la sécurité de nos enfants qui tous les jours vont au rond point du chapeau rouge pour prendre le bus face à cette circulation ?
Quid aussi e leur sécurité , les prisonniers prennent ils le bus pour la réinsertion avec nos enfants ?
Quid des dealers qui graviteront autour de la prison pour répondre à une demande de consommation des prisonniers ?
Pourquoi l.entrée ne se ferait pas au niveau de la quatre voie de Rennes ce qui faciliterait la circulation et éviterait l.engorgement déjà constaté au rohic pour nous permettre de circuler aisément et de protéger nos enfants face à une circulation dense et avec de plus en plus de conducteurs qui roulent vite et de livreurs pressés ?
Au vu du prix d.un tel établissement les accès ne doivent pas être àl.économie car essentiel pour la vie au quotidien des vann étais et de leurs enfants .
Quid des nuisances sonores durant les travaux et les familles qui échanges avec les prisonniers, des nuisances existent déjà sur la prison place de la libération avec 6 fois moins de prisonniers ?
Quid des gains pour Vannes Et les vannetais ? Nous n’arrivons pas à pourvoir les emplois nécessaires pour les entreprises du secteur donc l.emploi ne peut dans ce contexte être une priorité .
Quid du nombres de gardiens mais surtout du système de surveillance des alentours ? Quid de notre sécurité , de notre bien-être à l.avenir ,qui est un havre de paix et de verdure aujourd’hui.
Quels engagements seront faits et tenus pour les riverains du Rohic qui sont des Vannetais comme les autres ?
Aultant de questions qui nous préoccupent car aucune prison de ce type n.a encore été construite aussi près des riverains . Nous sommes inquiets pour nous et surtout pour nos enfants que sera la vie au rohic après ?
Me et Mme dusart

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Concernant la circulation rue du Rohic, il faut noter que le projet de réaménagement de l'échangeur du Liziec-Tréalvé devrait contribuer à fluidifier la circulation sur le secteur. Des études ainsi qu’une phase de concertation publique ont été menées par la DREAL Bretagne pour retenir le scenario d’aménagement le plus optimal afin d’améliorer la circulation dans le secteur. Les travaux du scenario retenus devraient débuter à l'horizon 2026.

Vous trouverez les informations relatives à ce projet sur le page internet de la DREAL :
http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/rn165-echangeur-du-liziec-a3361.html

En parallèle, l’étude de trafic menée dans le cadre du projet de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire sur le site de Chapeau Rouge prendra en compte les effets cumulés des autres projets connus.

Concernant les aspects de sécurité, notamment dans les transports en commun comme vous l'évoquez, les quartiers de maison d’arrêt accueillent des personnes condamnées à de courtes peines. Ces personnes ne prennent pas le bus, elles sont transportées en fourgon. Les quartiers de semi-liberté, en revanche, accueillent des personnes détenues autorisées à entrer et à sortir, notamment pour chercher ou exercer un travail. Ces personnes détenues qui prennent le bus présentent un profil le permettant, après décision du juge d’application des peines. Cependant, à ce stade la composition des quartiers du futur établissement n’est pas encore connue.

Par ailleurs, sur les extérieurs de l'établissement pénitentiaire, la DISP (Direction interrégionale des services pénitentiaires) aura en charge la sécurité dans le périmètre de l’établissement. Sur les abords, cette charge est partagée avec les forces de sécurité intérieures, et un protocole est établi avec elles afin de déterminer qui intervient et de quelle manière. Les rôles et les interventions sont répartis pour assurer la plus grande sécurité autour de l'établissement pénitentiaire.

Concernant la tranquilité des riverains, l'une des caractéristiques principales des établissements pénitentiaires du nouveau programme immobilier est la mise à distance du bâti accueillant les personnes détenues par rapport à l’environnement extérieur, réduisant ainsi les risques de nuisances sonores, parloirs sauvages et projections. En effet, un cahier des charges précis est imposé aux concepteurs pour garantir cette mise à distance suffisante entre l’extérieur et l’intérieur de la détention.

La distance minimum est de 32 mètres entre les bâtiments de vie des personnes détenues et le mur d'enceinte.

Par ailleurs, l’orientation des vues des bâtiments d’hébergements est étudiée pour limiter autant que possible les covisibilités selon des critères définis dans le cahier des charges de la conception des établissements dans le cadre du nouveau plan immobilier pénitentiaire.

Concernant les retombées socioéconomiques pour le territoire, ce projet aura bien un impact sur l'économie locale. La phase de chantier bénéficiera au tissu économique et à l’emploi local, avec un recours à des heures d’insertion (environ 60 000 h). Pour la phase d’exploitation, l'impact sur la création d'emploi sera de 3 natures :

1. la création d’emplois directs (au sein de l’établissement) : personnels pénitentiaires et intervenants sur le site
2. la création d’emplois indirects : forces de sécurité intérieures, personnels de santé, pôle emploi / associations, services judiciaires…
3. la création d’emplois induits à travers la consommation dans les commerces/services locaux.

Le flux de commandes liées au fonctionnement de l’établissement est estimé à environ 3,5 M€ HT/an

Des recrutements seront organisés pour pourvoir les postes proposés et la DISP (Direction interrégionale des services pénitentiaires) parvient à mener ses recrutements préalablement à l'ouverture des établissements pénitentiaires.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à contribuer jusqu'au 17 décembre sur le site de la concertation www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°11 (Web)

Par Olivier LE QUINTREC
Déposée le 4 décembre 2021 à 18h02
Bonjour,
Vannetais et riverain de la rue du rohic, faire un tel projet à proximité direct des habitations est inconcevable. Il est impossible de rajouter de la circulation dans un quartier qui est déjà submerger de véhicules. Il est donc nécessaire de créer un accès par la N166 et non par la rue du Rohic.
Il est impératif de prendre en compte l avis des personnes vivant dans un quartier qui va être associé à un tel projet bouleversant leur quotidien.
Cordialement.

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Concernant le trafic routier, il faut noter que le projet de réaménagement de l'échangeur du Liziec-Tréalvé devrait contribuer à fluidifier la circulation sur le secteur. Des études ainsi qu’une phase de concertation publique ont été menées par la DREAL Bretagne pour retenir le scenario d’aménagement le plus optimal afin d’améliorer la circulation dans le secteur. Les travaux du scenario retenus devraient débuter à l'horizon 2026.

Vous trouverez les informations relatives à ce projet sur le page internet de la DREAL :
http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/rn165-echangeur-du-liziec-a3361.html

En parallèle, l’étude de trafic menée dans le cadre du projet de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire sur le site de Chapeau Rouge prendra en compte les effets cumulés des autres projets connus.

Comme précisé lors de la réunion publique du 6 décembre dernier, la position de l’entrée de l’établissement n’est pas définitivement arrêtée. L’état actuel du réseau routier permet d’envisager un accès au site au niveau du croisement de la rue du Rohic et de la rue du Chapeau Rouge, mais tous les scénarios alternatifs, y compris celui que vous soumettez, seront considérés en lien avec les services de la DREAL qui porte le projet de modification de l’échangeur du Liziec.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à contribuer jusqu'au 17 décembre sur le site de la concertation www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°10 (Web)

Par Roger, Catherine LE DERFF
Déposée le 2 décembre 2021 à 19h12
En amont de la réunion publique du lundi 6 décembre 2021 au Palais des Arts.
- Pour une concertation préalable et avis, il serait interessant d'avoir l'implantation du projet de construction sur le terrain des 16 hectares, hauteur, superficie, nombre de bâtiments, etc...
- Emplacement par rapport à la RN166, des habitations du chapeau rouge, de la route du Rohic, de Kernaval...
- Entrée et sortie de l'établissement : à quelle distance de la route du Rohic, des habitations du chapeau rouge ?
- Quel impact sur la circulation de la route du Rohic ? (Déjà saturée aux heures de pointe).
- Environnement : Comment s'inscrit ce projet de prison dans le schéma de modification des axes routiers RN166 et RN165 avec le rond point de St Avé et du chapeau Rouge ?
- Il paraît que le site permet de répondre aux exigences de proximité avec les principaux établissements publics de l'agglomération. Quels impacts pour les résidents de proximité ? Vous affirmez que le secteur est bien desservi, pour qui ? La ligne de transport en commun ne dessert que de loin les villages de Kervégan, Bourgerel, Le Rohic, Le Haliguen, Kernaval et Meudon.
- Finances : aucune charge sur les finances communales : le terrain appartient à la ville de Vannes, qui a payé l'achat des 16 hectares de terre agricole et pour quel prix ?
- Impact environnement : le site serait au nord et à l'est bordé de haies d'arbres longeant la RN 166 limitant la visibilité. Au sud et à l'ouest la présence de pavillon présente des vues furtives au travers des jardins : comment au stade de projet prétendre assurer une protection au titre de l'environnement et de la tranquillité des riverains ?
Ainsi en tant que citoyen, avec la participation de nos divers impôts nous devons avoir droit aux décisions au delà de la concertation ou avis.

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.
La concertation préalable vise à associer le public le plus en amont possible afin que soient débattus les différents aspects, objectifs ou caractéristiques du projet et que des adaptations éventuelles puissent y être apportées, tant que cela est encore possible.
Les enseignements issus de cette concertation seront communiqués aux concepteurs, au sein d’un cahier des charges émis par l’APIJ. Ils permettront ainsi d’enrichir le projet et d’affiner son intégration dans le territoire.
À ce jour, l’emplacement précis de l’établissement au sein de la zone d’étude n’est pas connu et arrêté. La concertation vise justement à faire remonter les objectifs d'éloignement et contraintes de co-visibilité à communiquer aux architectes retenus via la phase de consultation. .

Une communication sera organisée une fois le projet architectural définitivement arrêté.

Concernant le trafic routier, le projet de réaménagement de l'échangeur du Liziec-Tréalvé devrait contribuer à fluidifier à terme la circulation sur le secteur. Les études menées par la DREAL Bretagne dans ce cadre intégreront le trafic généré par le futur établissement pénitentiaire. En outre, la DREAL et l'APIJ travaillent en coordination sur la définition de la desserte du centre pénitentiaire et la gestion des phases de chantier.
Vous trouverez les informations relatives à ce projet sur le page internet de la DREAL :
http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/rn165-echangeur-du-liziec-a3361.html
En parallèle, l’étude de trafic menée dans le cadre du projet de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire sur le site de Chapeau Rouge prendra en compte les effets cumulés des autres projets connus.

Concernant les lignes de bus vannetaises, actuellement, les transports en commun ne desservent pas directement le site, mais deux lignes arrivent à proximité :
• la ligne n°8 Plescop – Vannes – Saint-Nolff offre trois arrêts à moins de 15 minutes à pied du site (les arrêts « Chapeau Rouge », « Tréalvé » et « Plaisance »).
• la Ligne n°20 Elven – Hôtel de Ville dessert égale- ment les arrêts « Tréalvé » et « Plaisance ».
Pour ces deux lignes, les dessertes se font depuis la gare SNCF de Vannes avec 5 à 7 arrêts maximum.
Pour aller plus loin sur le sujet, l’APIJ rencontrera le gestionnaire du réseau de transport afin d’identifier d’éventuelles opportunités de renforcement de la desserte du site.

Sur l’aspect foncier, l'Etat se portera acquéreur de ce terrain pour la construction de l’établissement pénitentiaire, sur la base de l’estimation établie par France Domaine.

Enfin, concernant la tranquillité des riverains à ce jour, l’emplacement précis de l’établissement au sein de la zone d’étude n’est pas connu et arrêté. La concertation vise justement à faire remonter les objectifs d'éloignement et contraintes de co-visibilité à communiquer aux architectes retenus via la phase de consultation.

Dans tous les cas, l'une des caractéristiques principales des établissements pénitentiaires du nouveau programme immobilier est la mise à distance du bâti accueillant les détenus par rapport à l’environnement extérieur. Ainsi, dans le cadre de la conception architecturale du projet, les caractéristiques substantielles suivantes devront être respectées : distance minimum de 32 mètres dans l'enceinte entre les bâtiments de vie des détenus et le mur d'enceinte.
En outre, un autre moyen de réduire fortement les nuisances pour les riverains consistera à concevoir des bâtiments les plus bas possibles, limités à R+4 par exemple, ce qui constitue certes pour les architectes une véritable contrainte de conception mais dans le même temps la plus grande des garanties en matière de limitation des nuisances. Par ailleurs, l’orientation des vues des bâtiments d’hébergements est étudiée pour limiter autant que possible les covisibilités selon des critères définis dans le cahier des charges de la conception des établissements dans le cadre du nouveau plan immobilier pénitentiaire.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°9 (Web)

Par Dominique Danguy des Déserts
Déposée le 2 décembre 2021 à 12h59
Pour fréquenter l’actuelle maison d’arrêt de Vannes depuis plus de 10 ans dans le cadre de mon activité au Secours Catholique, je tiens à dire que le manque d’espace y est un peu oppressant ; comme on ne peut pas « pousser les murs » dans l’environnement urbanisé de la place de Nazareth, il faut une autre implantation ; le secteur du Chapeau rouge par la maîtrise foncière de 15,8 ha, la proximité de la ville et de ses services, les axes de communication qui l’enserrent, les transports en commun qui la desservent (la gare de Vannes est à 1,4 km) offre une opportunité qui ne se représentera pas.
Il y aura d’importants espaces verts, en particulier entre le mur d’enceinte et les bâtiments (glacis, bande de 20 m, zone neutre) ; je suggère qu’on y étudie la possibilité d’y installer du maraîchage, pourquoi pas en permaculture, et de petits élevages (moutons, lapins, poules pondeuses, ruches, peut-être équidés) ; la population carcérale me semble de plus en plus éloignée de la nature et de la vie rurale or le contact avec le végétal, les animaux, le rythme des saisons, le plaisir de produire ce que l’on mange et de le partager sont de puissants remèdes aux mots dont souffrent bien des détenus ; entendre un hennissement ou un bêlement ne vaut-il pas mieux que subir le bourdonnement lancinant d’une tondeuse ? Cela améliorerait le bilan carbone de l’établissement et le ferait participer à la préservation de la biodiversité ; de ce point de vue, une attention particulière doit être porté aux arbres dont le projet souligne le rôle de « rideau » depuis la route en léger surplomb ; certes, profitons-en pour en faire un abri pour que les oiseaux animent le ciel des détenus.
Il me semble que renouer avec la nature aiderait les détenus ne pas retomber dans des trafics mortifères.

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Concernant votre proposition d'installer à l'intérieur du site des espaces de maraichages, de permaculture, ou de petits élevages, la DAP étudiera en effet le panel des activités de réinsertion possibles au sein de l’établissement de Vannes, en fonction des caractéristiques du site et des partenariats locaux envisageables.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°8 (Web)

Par Brigitte LAIGO
Déposée le 26 novembre 2021 à 12h38
non a la prison ai chapeau rouge pres de l'habitat
Il y a d'autres terrains sur la communaute de communes de Vannes qui permettraient une liaison rapide, securisee rn lien avec la prison

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Nous vous invitons à participer aux temps de rencontre organisés lors de cette concertation préalable afin de partager votre avis et d’échanger avec la maitrise d’ouvrage sur le projet et la façon dont il pourrait s’intégrer au mieux dans le cadre de vie des Vannetaises et Vannetais.
Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Votre avis, favorable ou non, sera dans tous les cas pris en compte et figurera au sein des bilans de la concertation, de l’APIJ et de la garante.

Cordialement
----
APIJ

Observation n°7 (Web)

Par Elisabeth Guery
Déposée le 24 novembre 2021 à 10h23
Il y a 3 points qui posent question pour les riverains
1- la sécurité aux abords du centre pénitentiaire. La population que draine un tel établissement (essentiellement les dealers) inquiète les riverains .Rien ne pourra les empêcher d approcher le centre pénitentiaire et ils se rendront vite compte que du rond point du Chapeau rouge bon nombre d ‘adolescents empruntent le bus ; ces derniers représentent une population attractive pour le marché de la drogue qui fonctionne très bien à Vannes . Le Rohic n a pas vocation à devenir un nouveau quartier de la drogue comme malheureusement Menimur ou Kercado
2- la circulation : apparemment l entrée du centre pénitentiaire est prévue sur la rue du Rohic. Cela semble complètement invraisemblable au vu de la circulation journalière sur cette rue. Le matin et en fin d après midi la rue est déjà complètement saturée , il est déjà impossible de sortir de chez soi. De plus l entrée sera très près d’ habitations et cela va générer des nuisances sonores importante pour les riverains. L arrivée et le départ du personnel, des fournisseurs, des familles, les transports des détenus vers le tribunal , le CH ( avec à chaque transport un VSAV et un véhicule de police) etc , tout ceci va contribuer à aggraver la circulation de cette zone déjà complètement embouteillée. Pourquoi dans un projet d ‘une telle ampleur n ‘est il pas possible de pratiquer un accès direct à partir où en parallèle de la RN 166 et de décaler l implantation du centre pénitentiaire de 1 où 2 kms pour éviter d être si proche de zones d’habitations ?avec une ligne de bus dédiée ?
3- les nuisances sonores et visuelles engendrées par les établissements pénitentiaires sont de notoriété publique. Même si il y a un mur d ‘enceinte de 6 m de haut , les battements sont plus hauts que les 6 m ( j ai regardé les documents concernant le centre de Lutterbach , les bâtiments surplombent le mur d’enceinte ). Rien ne protégera donc les riverains des nuisances visuelles ou sonores . Rien n empêchera les détenus de se parler d une cellule a l autre en étant obligé de hurler pour se faire entendre . Nous subissons déjà le bruit de la nationale, nous aurons en plus le bruit de la prison, l augmentation du bruit du à la circulation dans la rue .Faudra t il attendre d être devant les faits accomplis pour être entendus?
Sur un plan plus général, on nous parle d’apports économiques de ce centre , d ‘un afflux de population qui va donc générer une augmentation de l économie . Mais où vont se loger toutes ces familles qui vont arriver avec le prix galopant de l immobilier à Vannes ? Y a t’il une augmentation possible des effectifs dans l enseignement pour ces familles ? Les détenus ont souvent besoin d une prise en charge hospitalière : quand on connaît les difficultés d accueil de l hôpital, on ne peut que se poser des questions sur l augmentation du nombre de potentiels patients et leur prise en charge .L infrastructures en général vont elles continuer à supporter cette augmentation progressive de la population sur la commune ?

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

La sécurité à l’intérieur comme aux abords des établissements pénitentiaires constitue un enjeu déterminant de l’exploitation quotidienne d’un établissement pénitentiaire et un point de vigilance majeur, tant pour l’administration pénitentiaire que pour les forces de sécurité intérieure.
La sécurité du domaine pénitentiaire, ainsi que de ses abords immédiats, est assurée conjointement par les forces de sécurité intérieure et les personnels pénitentiaires de l’établissement (les équipes locales de sécurité pénitentiaire) ; un protocole d’intervention est élaboré entre les forces de police ou de gendarmerie territorialement compétentes et l’établissement, visant à définir leurs conditions d’intervention respectives, en vue d’une action rapide et efficace contre les personnes susceptibles de commettre une infraction à proximité de l’établissement.

Concernant le trafic routier, il faut noter à ce sujet que le projet de réaménagement de l'échangeur du Liziec-Tréalvé devrait contribuer à fluidifier la circulation sur le secteur. Des études ainsi qu’une phase de concertation publique ont été menées par la DREAL Bretagne pour retenir le scénario d’aménagement le plus optimal afin d’améliorer la circulation dans le secteur. Les travaux du scénario retenus devraient débuter à l'horizon 2026.
Vous trouverez les informations relatives à ce projet sur le page internet de la DREAL :
http://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/rn165-echangeur-du-liziec-a3361.html
En parallèle, l’étude de trafic menée dans le cadre du projet de construction d’un nouvel établissement pénitentiaire sur le site de Chapeau Rouge prendra en compte les effets cumulés les autres projets connus.

Concernant les nuisances sonores, l'une des caractéristiques principales des établissements pénitentiaires du nouveau programme immobilier est la mise à distance du bâti accueillant les personnes détenues par rapport à l’environnement extérieur, réduisant ainsi les risques de nuisances sonores, parloirs sauvages et projections. En effet, un cahier des charges précis est dorénavant imposé aux concepteurs pour garantir cette mise à distance suffisante entre l’extérieur et l’intérieur de la détention.
La distance minimum est de 32 mètres entre les bâtiments de vie des personnes détenues et le mur d'enceinte.
Par ailleurs, l’orientation des vues des bâtiments d’hébergements est étudiée pour limiter autant que possible les co-visibilités selon des critères définis dans le cahier des charges de la conception des établissements dans le cadre du nouveau plan immobilier pénitentiaire.

Concernant les retombées socioéconomiques pour le territoire, ce projet aura bien un impact sur l'économie locale. La phase de chantier bénéficiera au tissu économique et à l’emploi local, avec un recours à des heures d’insertion (environ 60 000 h). Pour la phase d’exploitation, l'impact sur la création d'emploi sera de 3 natures :
1. la création d’emplois directs (au sein de l’établissement) : personnels pénitentiaires et intervenants sur le site
2. la création d’emplois indirects : forces de sécurité intérieures, personnels de santé, pôle emploi / associations, services judiciaires…
3. la création d’emplois induits à travers la consommation dans les commerces/services locaux.
Le flux de commandes liées au fonctionnement de l’établissement est estimé à environ 3,5 M€ HT/an

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°6 (Web)

Par biogeo56 BIOGEO56
Déposée le 20 novembre 2021 à 11h43
Bonjour MM et Mmes les décideurs,

Sur cet article de presse ci-joint.
16 millions d'euros mis par l'Etat en Bretagne pour réhabiliter des friches industrielles.
Il doit bien y avoir parmi ces friches de quoi accueillir la nouvelle prison?

Biogeo56 PLAIDE pour le GEL des PLU dans les communes.
ZERO ha artificialisé.
Il a en Morbihan, en Bretagne et en France, des friches industrielles à réhabiliter.
Biogeo56 PLAIDE pour la rénovation commerciale:
Si on reconstruit nos zones commerciales sur 2 étages,
on crée de facto des milliers de m2 de surface sans toucher aux terres agricoles.

Bref il y a d'autres solutions pour cette nouvelle prison que de venir bétonner 16 ha à Vannes.

Biogeo56
Réfléchissons ensemble à notre avenir
biogeo56@sfr.fr

Document joint

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Concernant le choix du site d’implantation, plusieurs options ont été étudiées dans le cadre des études préliminaires et des discussions entre l’État et les collectivités locales. Le choix d'un site obéit à de nombreuses contraintes conditionnant la faisabilité du projet.
En raison de ses activités particulières et des enjeux de sûreté, de nombreuses contraintes administratives et techniques encadrent le choix d’un site d’implantation d’un établissement pénitentiaire : taille et forme du terrain, aspects topographiques et visuels, accessibilité et desserte, proximité des services publics du territoire, etc.
Concernant les terrains en friches disponibles sur le territoire : il y a en effet la friche de Troadec sur la commune de Vannes, mais son emprise libre était insuffisante (< à 10 ha) pour accueillir un établissement pénitentiaire répondant à toutes les normes de sécurité. La friche située au niveau de Saint-Ave est quant à elle classée en zone naturelle et ponctuée de nombreuses zones humides. Ainsi, l’enjeu écologique de cette friche est bien plus important que celui du site retenu.

Nous vous remercions de votre contribution et vous invitons à participer aux différents temps d'échanges à venir. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Cordialement
----
APIJ

Observation n°5 (Web)

Par Anne Bonny
Déposée le 11 novembre 2021 à 20h30
Je m'oppose fortement à ce projet de centre pénitentiaire en périphérie de Vannes.
Si le projet n'est pas reconsidéré, la création d'une ZAD est à prévoir.

Réponse apportée

Bonjour,

Merci pour votre contribution dont nous prenons note et que nous intégrerons au bilan de la concertation.

Nous vous invitons à participer aux temps de rencontre organisés lors de cette concertation préalable afin de partager votre avis et d’échanger avec la maitrise d’ouvrage sur le projet et la façon dont il pourrait s’intégrer au mieux dans le cadre de vie des Vannetaises et Vannetais.
Toutes les informations sont disponibles sur le site www.concertation-penitentiaire-vannes.fr

Votre avis, favorable ou non, sera dans tous les cas pris en compte et figurera au sein des bilans de la concertation, de l’APIJ et de la garante.

Cordialement
----
APIJ

Apportez votre contribution : Déposer une observation

Partagez sur les réseaux sociaux

l'adresse de ce registre numérique.