Les observations

Observation n°13 (Web)

Par Isabelle Stimbre
Déposée le 12 mai 2021 à 21 h56
Madame, Monsieur,

Je suis confrontée à la pollution visuelle que représente la publicité dans la ville de Nîmes quotidiennement, de l'entrée jusqu'au coeur de ville.
Outre la disgrâce esthétique dans un environnement plutôt soigné désormais, les panneaux lumineux sont une consommation d'énergie absolument honteuse pour toute municipalité qui se respecte, les affichages papiers n'étant pas en reste sans parler des déversements atroces de journaux publicitaires jonchant les rues car les boîtes aux lettres en débordent.

Enfin, si les orientations du nouveau RLP prennent en compte les nouvelles réglementations du Code de l'Environnement, quelle est la structure, le service administratif ou l'autorité qui exercera le contrôle de l'affichage publicitaire et des enseignes actuellement en infraction partout dans la ville ?

Cessons,
Légiférez.
Vous remerciant

Observation n°12 (Web)

Par francis AUDIGIER
Déposée le 11 mai 2021 à 21 h44
j'habite depuis 2 ans à Nîmes, la ville pourrait faire un effort pour s'embellir elle a des atouts,
elle gagnerait à limiter ces panneaux publicitaires limiter la lumière la nuit.. sans attendre 2027

Observation n°11 (Web)

Par JEAN CLAUDE GALANTI
Déposée le 11 mai 2021 à 19 h02
Bonjour,
Je suis également favorable au strict respect des nouvelles réglementations du Code de l'Environnement. En tant qu'habitant d'un quartier limitrophe de l'Ecusson, je constate le déploiement accru de tout type de publicités.
En particulier les publicités numériques, qui sont une source de pollution visuelles et une dangereuse distraction pour les automobilistes.
Beaucoup de panneaux sont également installés sur les trottoirs déjà bien encombrés et représentent une gêne physique et visuelle constante.
Pour ce qui est de l'interdiction de la publicité nocturne, je souhaiterais des plages beaucoup plus courtes. Ces publicités sont agressives, dépensières et ne touchent vraiment pas grand-monde.
Merci pour votre attention.
Cordialement.

Observation n°10 (Web)

Par Janie ARNEGUY
Déposée le 11 mai 2021 à 17 h07
Je souhaite m'exprimer quant au règlement local de publicité de Nîmes RLP de Nîmes . Je pense que par respect pour notre commune romaine, riche de ses nombreux monuments très anciens, millénaires, , il est nécessaire de se conformer à toutes les prescriptions du RLP afin d'offrir un cadre de vie agréable aux Nîmoises , aux Nîmois et à tous les visiteurs. En effet on se sent très souvent agressé par les très nombreux panneaux publicitaires, par les enseignes énormes dans les zones commerciales, aussi bien en centre ville que dans les quartiers plus périphériques., et aux entrées de ville, ce qui peut d'ailleurs être également dangereux pour les chauffeurs.
Pour moi, le RLP est important à la fois pour la vie en ville, sur le plan environnemental, et en ce qui concerne le respect des habitant-e-s.Ces énormes panneaux défigurent nos paysages, sont mal perçus par les touristes nombreux à Nîmes, en particulier près de nos monuments, mais aussi partout dans la ville. Je souhaite vraiment que soient prises en compte TOUTES les nouvelles réglementations du Code de l'Environnement, et qu'elles soient appliquées,.
Je m'adresse à vous Monsieur le Commissaire enquêteur pour vous poser quelques questions: quel service ou structure sera chargé de contrôler l'affichage publicitaire, l'implantation des enseignes actuelles et à venir (??? ) , car vous le savez les panneaux et enseignes actuels , sont presque partout en infraction.
Je compte sur vous Monsieur le Commissaire enquêteur, j'ai déjà, dans le passé , participé à d'autres enquêtes, car je pense que les avis des habitants , des citoyen-ne-s doivent être écoutés.
Janie Arnéguy

Observation n°9 (Web)

Par Catherine Durand
Déposée le 11 mai 2021 à 12 h59
Je salue le travail très intéressant qui a été réalisé et qui montre bien le caractère "anarchique" de la publicité hors centre ville, mais qui n'est pas réservée à Nîmes.
Je souhaite l'interdiction totale des énormes publicités/vidéo comme il y en a sur le périphérique : elles sont une aberration écologique, et surtout un danger pour l'automobiliste dont l'attention est très distraite.
De même, la plage d'extinction des publicités lumineuses (1h-6h) est beaucoup trop courte : la faire débuter à 22h ou 23h me paraitrait plus pertinent : sobriété écologique, diminution de la pollution visuelle etc
Enfin, habitant près de la route de Beaucaire, je ne peut que déplorer l'état d'abandon de cette voie d'entrée en ville : aucune cohérence graphique, le fait que 6 épiceries de nuit y soient installées crée de nombreuses nuisances, dont visuelles (enseignes lumineuses...)
Je vous remercie de votre attention

Observation n°8 (Web)

Par Le sagere Stephan
Déposée le 10 mai 2021 à 17 h43
1. Faire respecter scrupuleusement les textes et réglementations en matière de panneaux publicitaires
2. Pour améliorer ces textes, suivre les recommandations de l'association ARBRES qui défend l'intérêt général

Observation n°7 (Web)

Par Isabelle Fabre
Déposée le 8 mai 2021 à 19 h53
Bonjour,
j'espère que les écrans aveuglants de luminosité de la Coupole, côté rue Général Perrier seront concernés par cette politique de réduction des publicités.
Merci.
Cordialement,
I F

Observation n°6 (Web)

Anonyme
Déposée le 8 mai 2021 à 18 h54
Je souhaite la révision du R.L.P pour réduire l'impact visuel des enseignes, en particulier sur les traversées de zones commerciales, le long des grandes pénétrantes urbaines, ... ainsi que pour :
- Préserver le coeur historique de la ville de Nîmes ;
- Encadrer l'affichage publicitaire dans les quartiers ;
- Assurer l'intégration architecturale des enseignes au coeur du Site Patrimonial Remarquable).

Observation n°5 (Web)

Par Alain Descroix
Déposée le 8 mai 2021 à 11 h53
Bonjour,
Je viens de prendre connaissance du diagnostic fait sur l’affichage et les publicités sur la commune de Nîmes en vu de la révision du RLP.
Ce diagnostic met en évidence les nombreuses infractions au code de l’environnement et autres ainsi qu’au RLP en vigueur.
Les publicités dépassants, plus du double, la surface d’affichage autorisée, les publicités à moins de 100 mètres des monuments historiques, voir à quelques mètres, les publicités dans le périmètre du secteur sauvegardé en particulier sur les boulevards qui le délimitent.
En résumé, de nombreuses lois sont violées aux profits des afficheurs avec le consentement voir surement l’approbation de nos élus.
Le premier officier de police judiciaire est le maire dans une ville, ainsi que ses adjoints (article 16 de procédure pénale). On n’attendrait au moins de lui ou de ses adjoints, qu’ils fassent respecter les lois mais plus qu’attendre, ils en auraient l’obligation, le devoir.
Ce diagnostic étant public, il ne peut leur être inconnu.

Le Maire de la ville de Nîmes et ses adjoints ont donc pris connaissance comme moi-même des nombreuses infractions faites aux lois dans un pays de droit.

En vertu de l’article 19 de procédure pénale ils ont l’obligation d’établir procès verbaux face aux contrevenants qui commettent des délits
Je suis ni contre ni pour la publicité, j’aimerai simplement que les beaux textes ne servent pas juste à couvrir d’encre des belles pages blanches officielles mais contribuent à garder notre ville dans un État de droit, ce qui n’est pas le cas actuellement.
Alain Descroix

Ps : En application de l’article 581-8 aucune publicité ne peut être à moins de 100 mètres et dans le champ de visibilité des immeubles mentionnés au II de l'article L.5841-4 L.
Toutes dérogations ne pouvant être que plus restrictives.

Observation n°4 (Web)

Par julie lallement
Déposée le 6 mai 2021 à 10 h06
En plus de prendre des espaces sur la voie public au détriment des piétons, enfants à vélo, personnes âgés, aménagement cyclables, cette pollution visuelle et énergétique n'apportent rien dans l'espace public.

Par ailleurs, on note très souvent des spots publicitaires n'ayant aucun rapport (cf. Bld Gambetta : publicité vidéo de Brut, puis Théâtre de Nîmes puis étude sur les jeunes qui mangent des légumes puis images de déforestation...qui et comment est faite cette sélection?)

Qu'en est-il également du rapport aux écrans pour les enfants sur l'espace public ? On explique les dérives actuelles concernant la consommation des écrans pour les petits.

"Une règle d’or : pas d’écran avant 3 ans".
https://www.csa.fr/Proteger/Protection-de-la-jeunesse-et-des-mineurs/Les-enfants-et-les-ecrans-les-conseils-du-CSA

73% des Français trouvent la publicité « envahissante » sur tous les supports et 85 % la jugent « intrusive ».
Sources : étude « Les Français et la publicité », Sofres, 2013 ; Irep (Institut de recherches et d'études publicitaires), 2014 ; UPE (Union de la publicité extérieure), 2013.

Apportez votre contribution à cette enquête publique : Déposer une observation

Apportez votre contribution

Déposer un avis sur le registre dématérialisé de cette enquête publique est simple, sécurisé et si vous le souhaitez anonyme.

Il vous reste encore 22 jours.

Déposer une observation

Partagez sur les réseaux sociaux

l'adresse de ce registre numérique.

Prochaines permanences

  • Lundi 17 mai 2021
    Services Techniques de la Ville de Nîmes, 14h00 - 17h00
  • Vendredi 4 juin 2021
    Services Techniques de la Ville de Nîmes, 14h00 - 17h00
Voir tout le calendrier